Sélectionner une page

Stress, colère, rancune… Les émotions et ressentis négativement connotés sont généralement refoulés, tant ils nous perturbent. Étrangement, ils ne seraient pas embouteillés dans notre cerveau, mais plutôt dans nos hanches, centre de notre équilibre physique et psychique. Mais comment expliquer ce lien ?

ARTICLE MARIECLAIRE – REDIGE PAR GWENDOLINE BEAUCHET – PUBLIÉ LE 12/04/2024 À 19:08

Pourquoi considère-t-on les hanches comme le réservoir de nos émotions négatives ?

– Les hanches, foyer du muscle de l’âme ?
– Des émotions négatives sont-elles stockées dans mes hanches ?
– Comment libérer des ressentis embouteillés dans nos hanches ?

Site : https://www.marieclaire.fr/hanches-reservoir-emotions-negatives,1473363.asp

Vous pensiez votre cerveau comme centre de vos émotions ? Mais si l’on vous disait que finalement, ce dernier aurait plutôt établi ses quartiers dans vos hanches ?

Cette zone du corps qui entoure notre bassin serait même le « réservoir » des ressentis négatifs – ceux que l’on a tendance à embouteiller -, tant et si bien que les yogis anglophones la qualifie même d' »emotional junk drawer » – traduisez « tiroir à bric-à-brac émotionnel » -.

« La frustration, la déception, la tristesse… Elles sont toutes emmagasinées dans nos hanches », confirme Christine d’Angelin*, professeure de yoga, à Lyon.

Sur YouTube, impossible d’ailleurs de passer à côté des centaines de vidéos d’étirements ou de yoga promettant de vous « libérer » de vos traumas et de votre stress, en se concentrant quelques minutes durant, sur ces dernières.

Mais prendre soin de nos hanches pourrait-il réellement nous aider à nous détacher de nos émotions négatives ?

LES HANCHES, FOYER DU MUSCLE DE L’ÂME
On le sait, l’état de notre santé mentale et émotionnelle influence comment nous nous sentons physiquement. La dépression est, par exemple, associée à des maux corporels tels que des douleurs dorsales, des migraines ou encore des troubles de la digestion, comme le confirme le Vidal.

Dans une étude menée en 1985, la neuroscientifique Candace Pert mettait déjà en lumière le lien entre émotions et corps, dans une étude parue dans The Journal of Immunology. Elle y soulignait que ces dernières émettaient des « signaux électrochimiques » véhiculant des messages dans tout l’organisme.

« Elles sont ensuite exprimées, vécues et stockées dans le corps et l’esprit. Elles peuvent influencer l’activité cérébrale et modifier la cellule pour qu’elle ait un effet positif ou négatif sur le corps », reprenait, à l’époque, un article du Washington Post.

Nos hanches, elles, se retrouveraient souvent « serrées » dans les moments de stress. « Les hanches sont considérées comme notre deuxième chakra, celui de notre centre, du muscle du psoas, inséré dans les hanches, on l’appelle le muscle de l’âme », répond Christine d’Angelin.

Corporellement parlant, les hanches sont aussi centrales dans notre (bon) fonctionnement, notamment parce qu’elles stabilisent le tronc et permettent le mouvement du haut de nos jambes. Pour la professeure de yoga, le muscle du psoas fait le lien entre la respiration (thorax) et le mouvement (jambes).

« Dans le psoas se trouvent les reins, chargés de filtrer les toxines dans l’organisme, ainsi que les glandes surrénales, qui contrôlent la réaction de lutte, de fuite ou d’immobilisation. On peut ainsi comprendre le lien entre les hanches et les émotions, où les sentiments refoulés sont comme piégés », traduit Dr Martha Eddy, éducatrice somatique, auprès de Healthline.

DES ÉMOTIONS NÉGATIVES SONT-ELLES STOCKÉES DANS MES HANCHES ?
Alors que les émotions positives ne sont généralement pas stockées par le corps – on les refoule rarement -, nos hanches gardent donc en mémoire toutes nos contrariétés… Jusqu’à ce que le réservoir déborde.

« À ce moment-là, on ressent un déséquilibre », appuie la professeure de yoga. Des douleurs peuvent également apparaître au niveau du dos et du cou, notre posture pâtissant de nos hanches, bloquées par le poids de nos émotions. « Si les hanches sont bloquées cela cause un mauvais alignement qui a un effet nocif sur les genoux, les chevilles et les pieds », complète l’experte.

Et Christine d’Angelin confirme, c’est un constat qu’elle fait souvent auprès de ses élèves. « C’est très courant, car finalement, peu de personnes savent qu’elles pourraient s’apaiser en travaillant sur cet endroit du corps ».

Pourtant, une sensation de blocage soudain au niveau des hanches peut se faire le reflet de notre état émotionnel (bien qu’une douleur ou des troubles de la mobilité doivent d’abord faire l’objet d’une consultation auprès d’un spécialiste de santé). « La perte d’équilibre est corporelle est mentale », précise la spécialiste.

Et une fois focalisé.e sur cette partie de votre corps, vous pourriez en effet vous libérer de certaines émotions ancrées.

« L’étirement du psoas (particulièrement contracté lorsque nous ressentons du stress), peut réduire le stress. L’ouverture des hanches favorise le soutien du bas du dos, car les hanches serrées provoquent une tension sur le bas du dos et demandent trop d’ effort à la colonne vertébrale. Cela peut aussi aider les articulations du bas du dos et des jambes à être mieux alignées ».

À noter que, si certaines vidéos populaires sur les réseaux sociaux arguent que de lourds traumatismes peuvent également être « guéris » par certains étirements, cette pratique ne remplace pas un accompagnement psychologique, même s’ils peuvent être un outil bien-être complémentaire, ils n’ont pas de pouvoirs curatifs reconnus par la science.

COMMENT LIBÉRER DES RESSENTIS EMBOUTEILLÉS DANS NOS HANCHES ?
Et nul besoin d’être d’une souplesse sans nom pour soulager ses hanches, rassure Christine d’Angelin. D’abord parce que, d’après elle, il faut d’abord apprendre à libérer son diaphragme.

« Pour libérer ses hanches, il faut bien respirer. Simplement, on pose les mains sur le ventre, on inspire, on laisse bien le ventre se soulever. Et quand on expire, on engage le périnée, en soufflant. Le tout jusqu’à ce que le ventre soit assoupli, détendu », illustre la professeure de yoga.

Une fois la respiration, « socle », apprivoisée, certaines postures peuvent soulager. Christine d’Angelin cite notamment :

– La fente basse : « cette posture cible les muscles iliaques et psoas pour étirer et rendre flexibles les fléchisseurs de hanche »
– Le pont : « relâche toutes les tensions des fléchisseurs des hanches – si trop difficile poser le bassin sur un bloc de yoga – et respirer pendant 1m »
– La posture du pigeon couché : « qui provoque une bonne ouverture des hanches »
– La posture de la guirlande : « cette posture étire les hanches intérieures et extérieures – modification possible en vous asseyant sur un ou deux blocs de yoga »
– Des mouvements de va-et-vient, assis.e sur une Swiss ball, peuvent également être une bonne option, toujours selon la professeure. Bien sûr, si vous êtes novice, vous pouvez solliciter l’aide d’un.e spécialiste du yoga.

Mais pour déstresser après une longue journée, ou vous apaiser après une contrariété, savoir que vos hanches sont être un levier bien-être – que l’on a tendance à oublier – peut déjà faire la différence.

Share This