* Voici une définition de la Maïeusthésie : http://www.maieusthesie.com/nouveautes/article/000-%20WIKIPEDIA%20def%204%20%20Maieusthesie%202009-03-09.pdf
* Voici un article sur la Maïeusthésie écrit dans le magazinze Nexus : https://www.ecapnantes.fr/wp-content/uploads/2020/06/Article-Maieusthesie-Magazine-NEXUS-103-Mars-Avril-2016.pdf
* Voici ci-dessous une série d’articles au sujet de la Maïeusthésie écrit par son auteur, Thierry Tournebise  : 
1) A propos de la communication :
* Assertivité : http://www.maieusthesie.com/nouveautes/article/assertivite.htm  
* Reformulation: http://www.maieusthesie.com/nouveautes/article/reformulation.htm  
* Non directivité et validation : http://www.maieusthesie.com/nouveautes/article/non-directivite_validation.htm  
* Relation et communication : http://www.maieusthesie.com/nouveautes/article/relation_communication.htm
* Validation existentielle : http://www.maieusthesie.com/nouveautes/article/validation_existentielle.htm 
* Estime de Soi : http://www.maieusthesie.com/nouveautes/article/estime_de_soi.htm

2) A propos de  l’accompagnement psychologique : 
* Communication thérapeutique : http://www.maieusthesie.com/nouveautes/article/aide_impr_complet.htm  
* Psychologie de la pertinence : http://www.maieusthesie.com/nouveautes/article/psychologie_de_la_pertience.htm  
* Symptômes : http://www.maieusthesie.com/nouveautes/article/symptomes.htm  
* Psychopathologie : http://www.maieusthesie.com/nouveautes/article/psychopathologie.htm  
* Primum non nocere : http://www.maieusthesie.com/nouveautes/article/primum-non-nocere.htm  
* Reconnaissance : http://www.maieusthesie.com/nouveautes/article/reconnaissance.htm  
* La posture du praticien : http://www.maieusthesie.com/nouveautes/article/positionnement_du_praticien.htm
* Parts de Soi et entièreté : http://www.maieusthesie.com/nouveautes/article/parts_de_soi-entierete.htm  
* Le corps comme interlocuteur : http://www.maieusthesie.com/nouveautes/article/corps-psyche.htm

3) Les souffrances psychologiques explicitées
* Anorexie : http://www.maieusthesie.com/nouveautes/article/anorexie.htm  
* Alcoolisme : http://www.maieusthesie.com/nouveautes/article/alcoolisme.htm  
* Addiction et bonheur : http://www.maieusthesie.com/nouveautes/article/addiction_et_bonheur.htm  
* Stress, troubles et risques psycho sociaux (TPS, RPS) : 
http://www.maieusthesie.com/nouveautes/article/stress.htm
http://www.maieusthesie.com/nouveautes/article/stress_et_travail.htm  
* Dépression, suicide : http://www.maieusthesie.com/nouveautes/article/suicide.htm  
* Déni de grossesse : http://www.maieusthesie.com/nouveautes/article/deni_de_grossesse.htm  
* Fausse couche : http://www.maieusthesie.com/nouveautes/article/fausse_couche.htm  
* Ménopause :  http://www.maieusthesie.com/nouveautes/article/menopause.htm  
* Deuil : http://www.maieusthesie.com/nouveautes/article/deuil.htm  
* Psychose : http://www.maieusthesie.com/nouveautes/article/psychose.htm  
* Autisme : http://www.maieusthesie.com/nouveautes/article/autisme.htm  
* Alzheimer : http://www.maieusthesie.com/nouveautes/article/alzheimer.htm  
* Fin de vie : http://www.maieusthesie.com/nouveautes/article/fv_impr_complet.htm  
* Sexualité : http://www.maieusthesie.com/nouveautes/article/sexualite.htm

* 6 OUVRAGES : soit plus 1155 pages  : http://www.maieusthesie.com/chemin_action_publication/ouvrages.htm
* Vente en librairie, sauf « chaleureuse rencontre avec soi-même » qui n’est plus édité, et qui, suite à la demande de nombreux lecteurs, a été mis en ligne en pdf sur le site (vendu 10€)

Plusieurs définitions :

1) La maïeusthésie différencie les objets (informations qu’on s’adresse) et les sujets (les Êtres qui échangent ces informations). Elle différencie le « lien » qui attache et génère de l’affect, d’avec le « canal » ou « contact » qui ouvre et permet la sensibilité (tact). Elle différencie la causalité (le passé) et la finalité (le futur) mais de façon atemporelle (uchrotopie).  

2) La maïeusthésie concerne la communication et l’accompagnement psychologique. Elle s’inscrit dans la psychologie de la pertinence et accompagne les justesses en cours, plus qu’elle ne combat, corrige ou élimine quoi que ce soit. De nature humaniste, existentielle, ou même expérientielle, c’est une psychologie du « Soi » plus qu’une psychologie du « moi », qui accompagne les phénomènes d’individuation, (intégrité, ouverture à Soi et à autrui). Par définition intégrative, elle est ouverte aux autres approches.  

3) Une définition légèrement plus élaborée peut-être proposée en distinguant clairement que la Maïeusthésie concerne aussi bien la communication que l’accompagnement psy des personnes en souffrances psychologiques :

Communication« L’information circule d’autant mieux que l’individu est prioritaire ». 
– 1 La Maïeusthésie place les sujets (interlocuteurs) comme prioritaires par rapport aux objets (informations).
– 2 Les notions de validations y sont essentielles (elles portent sur six points : réception, compréhension, accueil, gratitude, cohérence, existentiel)
– 3 L’intérêt concerne les choses, l’attention concerne les Êtres. Être attentionné est très différent d’être intéressé.

* Accompagnement psy« Il s’agit plus de se rencontrer que de se raconter ».
– 1 La maïeusthésie s’appuie sur les notions de pertinence et de reconnaissance (Psychologie de la pertinence).
– 2 Un symptôme est le révélateur de ce qui en Soi appelle notre attention, non pour être apaisé (et encore moins éradiqué), mais pour être reconnu.
– 3 Pour identifier ce qui en Soi appelle notre attention, les ressentis sont un meilleur guide que les faits (qu’ils soient biographiques, transgénérationnels ou transpersonnels).

LES INFORMATIONS peuvent être connues grâce :
– 1 Au Verbal.
– 2 Au non verbal.
– 3 A l’expérientiel*  (*l’expérientiel est  le fait qu’une information soit disponible en deux points en même temps sans avoir eu à transiter par un chemin quelconque pour y parvenir (par exemple ce qui est éprouvé en situation de mort imminente où le sujet « connaît » ce qu’il perçoit car il se sent aussi « être ce qu’il perçoit ». Précisions sur ce phénomène dans « Relation et communication » (décembre 2014) au chapitre 6.5.)

LES INTERLOCUTEURS, Il y a en présence : 
– 1 L’interlocuteur actuel.
– 2 Les interlocuteurs antérieurs (transferts, mirages relationnels).
– 3 Le sujet en devenir (celui qu’il a à être). 

LES PROCESSUS
– 1 Émission, réception, validations (6 validations).
– 2 Codage, décodage (interprétation).
– 3 Guidage non directif (pertinence des questions permettant de révéler la justesse du fondement cognitif).

LES OUTILS :
-1 Reformulations (essentielles).
– 2 Questions fermées (essentielles).
– 3 Questions à choix multiple (facilitatrices).
– 4 Questions ouvertes (mobilisent l’intellect, viennent généralement en seconde position afin de ne pas éloigner du ressenti authentique).

LA POSTURE :
– Être communicant  est facilitant : « être ouvert » (contact, tact, humanité, être attentionné) ; « être présent » : à comprendre autant dans le sens « être ici et maintenant » que dans le sens « être cadeau »
– Être distinct sans être distant (facilitant) : La bonne distance entre les interlocuteurs c’est « pas de distance » (tact, contact).
– Être relationnel génère de l’affect (compense le manque d’ouverture) : c’est « être en lien », faute d’ouverture ou de contact. (attachement, affect, être intéressé). Met en difficulté dans la qualité des échanges.

ÊTRE COMMUNICANT : “Être naturellement touché sans être affecté”
– 1 Ouvrir son attention vers l’interlocuteur.
– 2 L’interlocuteur compte plus que l’information.
– 3 Partenariat, confiance, sensibilité, quête de la justesse de l’autre.

Avoir le goût de découvrir
– 4 Non savoir : ne pas savoir à la place de l’autre.  

LA PSYCHE
– 1 Celui que l’on est.
– 2 Tous ceux que l’on a été (depuis que l’on existe).
– 3 Ceux dont on est issu (intergénérationnel : parents ; grands parents ; transgénérationnel : ancêtres).
Structure uchrotopique de la psyché (ni temps ni espace, tout est « là »)  

LES CLIVAGES :
– 1 La psyché se clive par réaction de survie face à des charges émotionnelles trop fortes.
– 2 Mise à l’écart de ce qui est émotionnellement trop chargé. Clivage d’avec une « part de Soi »*  blessée pour ne pas être envahi.
 * Une « part de Soi » que l’on nommera plus avantageusement un « être de Soi » car elle est un être à part entière et non un « morceau ».

LA PSYCHE – COMPLEMENTS :
– 1 Le Futur : Ceux que l’on sera (devenir à rejoindre).
– 2 L’humanité : concernement avec des êtres humains n’appartenant pas à notre lignée, ou avec des populations entières.
– 3 Le Transpersonnel : concernement avec l’humanité ou le monde, avec des êtres, des esprits, des symboliques, hors des rationalités habituelles.

« ÊTRES DE SOI » NON BLESSES
– 1 Un de ceux que l’on a été, a été mis à l’abri, protégé des souffrances. Sans aucune blessure ni trauma. Il est une ressource protégée à restaurer.
– 2 Il ne s’agit pas de lui donner de la reconnaissance concernant sa « blessure » (car il n’en a pas), mais plutôt concernant son état de ressource non altérée et sa « patience » d’avoir attendu ce moment de restauration.
Il importe de tenir compte de cette possibilité de clivage d’un autre type.

LES PULSIONS :
Attention : les pulsions décrites ci-dessous reprécisent la « pulsion de vie » et la « pulsion de mort » évoquées par Freud. Ces dernières correspondent plutôt ici à la « pulsion de survie » respectivement avec les compensations (profits, enjeux libidinaux), puis les clivages éliminatoires (protection, clivages). La « pulsion de vie » ici décrite, elle, correspond plutôt au processus d’individuation de Jung (et non à  la pulsion libidinale freudienne).

PULSION DE VIE :
Garante de la cohérence : la pulsion de vie assure  l’intégrité et  la cohérence des différents éléments de la psyché.
Garante de la conservation : la pulsion de vie assure de ne pas perdre les éléments clivés (par la pulsion de survie), le stockage ou la « garderie » dans l’inconscient (dans le « nousnous »)* – *jeu de mot désignant la zone psychique où se trouvent tous les « nous » évincés.
Symptômes : la pulsion de vie génère les symptômes permettant d’accéder à ce qui a été clivé puis gardé, afin d’en assurer la restauration, l’intégration.  
Garante de la protection : la pulsion de survie assure les clivages permettant de protéger l’ensemble par rapport à un élément émotionnellement trop chargé ou la protection d’un élément ressource par rapport à un ensemble tourmenté ou une situation dangereuse.
Compensations : la pulsion de survie fournit des moyens de compensations pour temporairement remédier au manque induit par le clivage.

LES SYMPTOMES :
– 1 Lien avec ce qu’il ne faut pas perdre de Soi (en attente de la restauration de l’état communicant).
– 2 « Spécialement pour » garder un accès avec ce qui a été clivé (et non « à cause du trauma).
– 3 Ce qui en Soi appelle notre conscience en vue d’intégration.
Générés par la Pulsions de vie (garante de notre intégrité suite au clivage généré par notre pulsion de survie protectrice).  

LES ETAPES DU PROCESSUS THERAPEUTIQUES
– 1 Identifier « Qui » appelle la conscience du sujet, en utilisant  le guidage non directif, à partir des ressentis éprouvés (symptômes).
– 2 Reconnaissance de celui qui a été identifié dans la psyché avec le vécu qui fut le sien, dans sa nature et dans sa dimension.
– 3 Vérification de l’état final de celui qui a été identifié, ainsi que du sujet présent, puis de son symptôme initial.   

La maïeusthésie œuvre dans « l’espace » de la psychologie de la pertinence (voir publication de mai 2015 « Psychologie de la pertinence »). Elle touche aussi bien la communication que l’accompagnement psychologique, et les deux peuvent être explicités séparément. Elle reste ouverte aux différentes autres approches.

La maïeusthésie, c’est avant tout de la considération et de la reconnaissance. Elle s’appuie sur la pertinence* de ce qui se passe chez la personne accompagnée. (ce qui est ressenti est ressenti « spécialement pour» et non « à cause de ») . Trouver ou donner une définition adaptée concernant une approche ou un concept est souvent délicat. Il peut alors être utile d’accéder au sens avec ni trop ni trop peu de mots. Dans notre époque si abondante en informations, une définition trop détaillée peut être encombrante (manque de temps pour l’appréhender), mais a contrario, si elle est trop succincte, elle peut être frustrante (besoin d’un niveau de détails suffisant). Rien ne vaut la définition que l’on trouve par soi-même, car elle reflète notre propre intégration du sujet. Ainsi, l’approche de la maïeusthésie que vous trouverez ci-dessous n’a certainement pas pour but de se substituer à votre propre regard. Une carte d’échelle modulable permet de visualiser un territoire, de s’y repérer, depuis l’image globale d’une région ou d’un pays… jusqu’aux chemins de randonnée. Cependant, la carte n’est pas le territoire et rien ne remplace le fait de visiter soi-même les lieux. De même qu’un zoom permet de trouver le cadrage qui convient, ou de faire ressortir un détail essentiel (sans pour autant remplacer notre regard), ces définitions vous donneront un accès adapté à votre souhait, qu’il s’agisse de découvrir la maïeusthésie, ou de l’expliquer à quelqu’un. Nous garderons à l’esprit que de telles définitions ne doivent en aucun cas fermer la réflexion, mais au contraire l’ouvrir vers d’autres possibles, vers d’autres approches existantes. Elles ne sont qu’un soutien, visant une intégration souple et respectueuse à élaborer par soi-même.

Share This