PARCOURS PROFESSIONNEL POUR DEVENIR KINÉSIOLOGUE

“Allez vers une profession qui donne du sens à votre vie !

LES FORMATEURS DU PARCOURS EN KINÉSIOLOGIE

Sophie DESAPHY
Conceptrice & Animatrice Brain Gym au quotidien

Christophe MEIGNEN
Animateur Edu-K (BG, OO-DdM) Instructeur TIOC et AMC

Ghyslaine L-LAFAYETTE
Conceptrice et Formatrice ASE et Ma Profession une Passion

Xavier MEIGNEN
Instructeur TFH, Faculté TFH
Directeur de l’ECAP de Nantes

Marie-Pierre CASSIGNARD
Conceptrice et
Formatrice AMC 5

Céline SORIN
Animatrice DdM, 7D, Prac 7D, Acc-Animat. BG, Faculté BG

Clothilde INGER
Conceptrice et
Formatrice Clés du Cerveau

Julien GUERRY
Concepteur et Formateur Anatomie-Physio Palpatoire

Bernadette NAUD
Instructrice TIOC 8 à 13
Faculté TIOC France

Céline POULAIN
Supervision des mémoires pour l’examen kinésio

Gabriele SIECK
Instructrice Stress Release

Présentation

En France, la formation pour devenir Kinésiologue demande un minimum de 600 heures de cours. Le niveau de formation pour devenir Kinésiologue au niveau international est de 1200 à 1500 heures de cours (selon les pays) réparties sur 3 à 4 années de formation. A l’ECAP de Nantes, nous avons choisi de proposer une formation se dirigeant vers un niveau international, mais en restant sur des bases de formation demandées au niveau national pour conserver une unité avec les autres écoles de kinésiologie. Ce parcours professionnel comprend des cours : de kinésiologie, de communication, d’écoute, d’accompagnement, de savoir-être et de construction de son identité en tant que futur kinésiologue. Nous proposons également des stages avec de la supervision et des observations de séances données par des professionnels.

Durée – Coût – Pré-requis

Pour les personnes qui vont débuter un cursus en Septembre 2018, la formation pour devenir “Kinésiologue®” est de 122 jours de cours (861 heures) + Professionnalisation (Brevet de secourisme + 3 séances supervisées + 50 compte-rendu de séances + 1 mémoire + 7 bilans écrits de connaissances + 1 examen/bilan), réparties sur un minimum de 2 années ½, pour un coût total de 12 725 euros. Elle se déroule entièrement à l’ECAP de Nantes avec tous les formateurs ci-dessus. Ce parcours est accessible à toutes personnes qui désirent se ré-orienter professionnellement ou à des étudiants qui souhaitent démarrer une formation professionnalisante.

Les formations sont à régler au fur et à mesure des cours que vous suivez. Exemple : Si vous vous êtes inscrits à tous les cours du module TFH (TFH 1, TFH 2, TFH 3…) lors du premier jour du TFH 1, vous réglerez le cours (ex : 200 euros pour le TFH 1). Et lors du TFH 2 (un mois après), vous réglerez le cours le 1er jour de la formation…et ainsi de suite. Donc, vous ne réglez pas le module dans son ensemble au départ de la formation, ni la formation complète en kinésiologie au début de chaque année. Vous recevrez une facture par mail après chaque règlement de cours.

Objectifs de la formation

. Acquérir des connaissances théoriques, des outils pratiques, des savoir-faire, et des savoir-être, que l’étudiant pourra retransmettre afin de rendre la personne qu’il accompagne, autonome vis-à-vis de son bien être mental, physique et émotionnel.
. Acquérir des compétences d’écoute de l’autre et de soi-même qui permettent d’accompagner l’autre dans une meilleure compréhension de lui-même et
de ceux qui l’entourent.
. Acquérir une présence à soi et à l’autre pour amener la personne vers plus de conscience d’elle-même et de son potentiel et ainsi aller vers une plus grande réalisation personnelle.

DÉMARCHES POUR S'INSCRIRE AU PARCOURS COMPLET EN KINÉSIOLOGIE

Pour vous inscrire au parcours en Kinésiologie, merci de remplir les conditions suivantes :

  • Appeler le directeur de l’ECAP de Nantes, Xavier Meignen, pour un entretien téléphonique (06 88 55 20 40).
  • Compléter et envoyer (par courrier) le dossier d’entrée en formation.
  • Remplir le bulletin d’inscription en ligne avec vos choix de cours et envoyer par courrier vos chèques de réservation (100 euros par module).
  • Participer à la journée de “rentrée des étudiants” du lundi 10 septembre 2018 (9h à 17h). Vous pouvez également démarrer le parcours en cours d’année (nous contacter pour plus d’informations).
RYTHME DE LA FORMATION

Afin d’intégrer au mieux toutes les connaissances, les savoir-faire et le savoir-être du métier de kinésiologue, nous proposons de répartir la formation sur un minimum de 2 années ½. Si vous avez une activité professionnelle en parallèle de la formation, nous vous conseillons de répartir la formation sur plusieurs années. Dans ce cas, veuillez prendre contact avec nous pour établir votre plan de formation.

Vous pouvez démarrer la formation à plusieurs moments dans l’année. Il vous suffit de commencer par le premier niveau d’un cours (ex : TFH 1, Edu-K, TIOC 1, AMC 1, SR 1, APP 1, CdC 1).

VOICI UNE PROPOSITION DE RÉPARTITION DE LA FORMATION SUR 2 ANNÉES 1/2 SACHANT QU’IL VOUS EST POSSIBLE D’AJOUTER EN 1ERE ANNÉE LE MODULE STRESS RELEASE SELON VOTRE RYTHME D’APPRENTISSAGE :

1ère ANNÉE : 74 JOURS DE COURS
– Module Édu-K (14 jours) : Edu-K 1 à 4 + 6 et 7
– 
Module APP (6 jours)APP 1 à 3
– Module TFH (12 jours) : TFH 1 à 5 + TFH Proficiency
Module TIOC (26 jours) : TIOC 1 à 7 + World of Baro + Body & Baro
Module CDC (4 jours) : CdC 1 et 2
– Module AMC (12 jours) : AMC 1 à 4

2ème ANNÉE : 46 JOURS DE COURS
Module SR (12 jours) : SR 1 à 4 + SR 5 (8MV)
Module ASE (13 jours) : ASE ASE 1&2, Deuil, Sexualité, Addictions-Alimentation
Module CdC (4 jours) : CdC 3 et 4
Module TIOC (5 jours) : TIOC 8
Secourisme (2 jours) : PSC1 + FPSE
Profession Passion (10 jours) : 4 ateliers

1er SEMESTRE de la 3ème ANNÉE
7 auto-bilans écrits des connaissances
50 compte-rendu de séances
Ecriture du mémoire
3 séances supervisées en cabinet

Examen(½)/Bilan fin d‘étude : Pratique + Oral

FORMATIONS CERTIFIÉES AU NIVEAU NATIONAL ET INTERNATIONAL

Plusieurs écoles françaises proposent un cursus de formation en kinésiologie et certaines ont fait le choix d’avoir des formateurs à la fois agréés par les branches qu’ils enseignent et aussi re-certifiés ; c’est-à-dire qu’ils sont à jour dans leur enseignement et utilisent les manuels officiels internationaux. Pour conserver un enseignement de qualité et respectueux des améliorations apportées dans les différentes branches de kinésiologie, tous les formateurs en kinésiologie de l’ECAP de Nantes sont agréés et re-certifiés par les différentes branches internationales référentes en kinésiologie et suivent donc une formation continue.

Suivre des formations avec des formateurs certifiés permet :

  • De suivre l’enseignement d’une technique “vivante”, en lien avec la philosophie de son créateur (ex : Paul Dennison pour l’Édu-K-BG, John Thie pour le TFH, Wayne Topping pour le SR, Gordon Stokes et Daniel Witheside pour le TIOC – Three in one concepts – 3en1) et remise à jour, grâce à des recertifications régulières des formateurs.
  • D’être formé par un animateur qui dispense les dernières innovations et actualisations proposées régulièrement par les concepteurs.
  • De bénéficier de l’enseignement d’une personne ayant suivi une formation pratique, complète et ayant passé une certification lui permettant de transmettre les cours (BG, TFH, TIOC, SR) dans les meilleures conditions pédagogiques.
  • De bénéficier d’un enseignement cohérent et respectueux du code de déontologie de BGF et BGI (pour l’Éducation Kinesthésique), de l’IKC – International Kinesiology College (pour le TFH), de la Faculté 3en1 (pour le TIOC – Three in one concepts – 3en1), de Wayne Topping Institute (pour le SR), et au fait de l’actualité de l’Édu-K-BG, du TFH, du TIOC et du SR, en France et à l’étranger.
  • De bénéficier de la reconnaissance de la validité de sa formation en France et à l’étranger. Cela donne la possibilité de continuer, en toute cohérence, sa formation dans des lieux géographiquement différents.
  • D’utiliser les manuels de cours officiels (Édu-K, TFH, 3en1, SR), commun à tous les formateurs certifiés en France et à l’étranger.
  • De devenir soi-même Animateur BG (certifié par BGF), Instructeur TFH (certifié par l’IKC), Instructeur TIOC (certifié par la Faculté 3en1) ou encore Instructeur SR (certifié par W.Topping Institute), sans avoir à refaire à nouveau toute la formation une 2ème fois avec un animateur certifié, cette fois.
DÉFINITION DU MÉTIER DE KINÉSIOLOGUE

. Ces critères d’observation définissent l’éthique et la philosophie dans laquelle nous formons les futurs “Kinésiologues“. Un “Kinésiologue” est à la fois : “un praticien, un accompagnateur et un éducateur” et a conscience que la personne vient en séance avec ses problématiques et également ses solutions :

. Le “praticien” favorise l’activation des ressources de la personne. Il reconnaît le corps comme l’autorité la plus compétente pour comprendre l’origine des difficultés, trouver les meilleurs outils à utiliser et les priorités à respecter afin de redonner une autonomie et une intégrité chez la personne. Le corps lui-même sait, nous informe et nous guide, et est au moins aussi fiable que l’intuition ou les connaissances du praticien, puisqu’il est lui-même sa propre source d’informations et de connaissances, sans intermédiaire extérieur.

. L’”accompagnateur” suit la personne, le temps d’une ou plusieurs séances, qui choisit à son rythme de poursuivre son travail d’évolution et de réalisation personnelle. L’accompagnateur ne résout pas la difficulté, il met en contact la personne avec elle-même et lui rend le pouvoir de connaître et de savoir ce qui est utile et nécessaire pour retrouver un état d’équilibre et ainsi trouver ses solutions propres.

. L’”éducateur” amène la personne à participer à sa séance de manière active et consciente. Il soutient et met en valeur ce qui est présent et lui permet d’apprendre à écouter comment elle fonctionne à travers ses ressentis physiques, mentaux et émotionnels, pour qu’elle redevienne actrice de son devenir en posant des choix et actions appropriés et personnels.

. Le “Kinésiologue” va acquérir, par les cours suivis, des capacités d’écoute et d’accompagnement que l’on regroupe sous plusieurs arts :

L’art d’écouter et de communiquer : AMC-Apprendre à Mieux Communiquer, ASE-Accompagner, Savoirs et Etre
L’art de libérer les émotions : TIOC – Three In One Concepts, SR – Stress Release
L’art du toucher et du ressenti : TFH – Santé par le Toucher, APP – Anatomie Physiologie Palpatoire
L’art du mouvement et de l’observation : Edu-K – Éducation Kinesthésique, CdC – Les Clés du Cerveau

QUESTIONS-REPONSES SUR LA FORMATION EN KINÉSIOLOGIE

QU’EST-CE QUE LA KINÉSIOLOGIE ?

Définition : Langage du corps, la kinésiologie propose à l’être humain de dialoguer avec la source de son être pour accéder à l’auto-connaissance et apprendre à gérer sa vie et ses stress. Distincte de la Kinésiologie Appliquée, qui est une approche médicale de la personne, la kinésiologie est une technique d’évolution personnelle qui utilise le test musculaire manuel de précision comme instrument de bio-feed-back pour déceler et lever les blocages qui nous empêchent de disposer de tout notre potentiel et d’atteindre les objectifs que nous aimerions nous fixer. Hautement éducative, elle apprend à l’être humain à trouver en lui les ressources nécessaires à son mieux-être. Pas à pas, il découvre qu’il est sa propre source, riche d’une sagesse infiniment connaissante. La kinésiologie vous aide à mieux gérer au quotidien différentes formes de stress liées à votre santé (Selon la Charte de l’Organisation Mondiale de la Santé, la santé se définit comme étant “un état complet de bien-être physique, mental et social et non pas seulement l’absence de maladie ou d’infirmité. La possession du meilleur état de santé qu’il est capable d’atteindre, constitue l’un des droits fondamentaux de tout être humain…”), votre vie privée ou professionnelle, ou encore la vie scolaire de votre enfant, tous ces aspects de votre vie étant intimement liés les uns aux autres. La kinésiologie consiste en une approche globale de la personne qui tient compte de son intégralité c’est-à-dire de ses aspects corporel, mental, émotionnel, énergétique. Étymologiquement “science du mouvement”, la kinésiologie a pour but de vous aider à bouger, dans tous les sens du terme, c’est-à-dire tous les aspects de votre être afin d’en améliorer la fluidité, le mouvement, la vie !

La kinésiologie intervient :
dans le domaine physique où elle favorise le rétablissement de la circulation énergétique du corps en libérant les blocages.
dans le domaine émotionnel, où elle permet de retrouver le goût et l’entrain nécessaire pour nos activités sociales, familiales ou professionnelles.
dans le domaine de l’apprentissage, où elle améliore la communication entre les hémisphères Cérébraux (cerveau droit et gauche) et la coordination entre le mental et le corps pour faciliter toutes nos activités.

Grâce à des techniques spécifiques de libération de stress émotionnel basées sur des concepts de neurophysiologie, vous serez alors en mesure de changer votre perception de la situation vécue comme stressante. Vous pourrez alors retrouver votre pouvoir intérieur de faire les choix qui vous conviennent pour une plus grande harmonie avec vous-même et votre environnement. Notre corps est spontanément capable de gérer un certain nombre de stress, mais lorsque celui-ci dépasse sa capacité de rééquilibrage naturel, il arrive qu’il y ait un “court-circuit” qui reste inscrit en lui et provoque des blocages qui se manifestent parfois bien des années plus tard. En libérant cette charge émotionnelle, cela vous permet d’y voir plus clair, de réactiver vos propres ressources, votre capacité de décision pour retrouver votre équilibre. La kinésiologie fait appel à l’intelligence profonde de votre corps qui sait où “braquer le projecteur” pour vous redonner du mouvement. Avant tout éducative, elle vous permet des mises en lumière, des prises de conscience et apprend à tirer au mieux parti de vos potentiels. Vous devenez ainsi un partenaire actif de la transformation s’opérant en vous. La kinésiologie respecte l’individu en le laissant maître et responsable de sa démarche. Le travail effectué est réalisé en douceur. Et s’il suffisait simplement de “faire confiance à la seule source valable pour les choix importants de notre vie : nous-mêmes” (Gordon Stokes, fondateur de la technique de kinésiologie “intégration corps/mental”)… La kinésiologie aide à (re)prendre conscience de soi, de son corps, du pouvoir intérieur de trouver la meilleure solution à ses problèmes et d’harmoniser sa vie par soi-même.

LA KINÉSIOLOGIE EST-ELLE UNE THÉRAPIE DOUCE PARMI D’AUTRES ?

La kinésiologie n’est pas une thérapie au sens habituel du terme. Le testeur est seulement un “facilitateur”. Il est le truchement qui permet le dialogue entre la personne et la sagesse corporelle, via son corps. Le pouvoir reste à la personne. Le testeur n’a aucun projet ni aucune solution pour elle. Elle demeure entièrement responsable du choix comme du rythme de son évolution.

COMMENT SE MANIFESTENT LES EFFETS D’UNE SÉANCE EN KINÉSIOLOGIE ?

Les effets sont variables d’une personne à l’autre. Parfois spectaculaires, parfois plus discrets, ils consistent en un mieux-être, une façon différente de se sentir face aux autres, à la vie, à soi-même. On se surprend à dire ou à faire ce qu’on n’aurait jamais osé dire ou faire. Souvent l’entourage est le premier à donner un feed-back de cette transformation. La personne est perçue plus à l’aise, plus assurée et surtout plus rayonnante.

SUR QUELS TYPES DE DIFFICULTÉS PEUT-ON TRAVAILLER EN KINÉSIOLOGIE ?

. Les difficultés d’apprentissage scolaire (lire, écrire, compter, comprendre) et autres (ex : sportives, artistiques)
. Le stress face aux examens, contrôles, épreuves de sélection de tous ordres (par ex : permis de conduire)
. La peur, le découragement, la timidité, l’agressivité, etc.
. Les addictions et dépendances.
. L’amélioration des performances scolaires, sportives, intellectuelles, musicales, ou autres…
. La gestion du temps dans les tâches scolaires, familiales ou professionnelles.
. L’amélioration du bien-être de la communication et de la gestion des émotions.
. L’optimisation des relations, l’évolution personnelle et la prise en charge de sa vie.
. Et… tous les domaines dans lesquels le stress nous empêche de fonctionner de manière optimale.

OBJECTIFS : CE QUE PERMET UN TRAVAIL D’ACCOMPAGNEMENT EN KINÉSIOLOGIE

Les techniques utilisées dans une séance de kinésiologie permettent de diminuer le stress par rapport à des objectifs de travail qui sont par exemple, de se libérer de son anxiété, de ses phobies, de ses allergies, de ses peurs, d’avoir plus de confiance en soi et plus d’assurance, d’augmenter ses capacités de mémorisation, de concentration, de diminuer ses douleurs récentes ou chroniques, de mieux gérer son hyperémotivité, d’apprendre à mieux communiquer etc.

 a) Thèmes qui nous concerne

– Difficulté à être nous-mêmes dans les relations aux autres. Difficultés à exprimer ce que nous voulons dans différentes communications avec parfois la sensation de ne pas être compris de l’autre. Que de choses non dites/mal dites, non entendues/mal comprises, non réalisées/non terminés nous restent « encore en travers de la gorge », résonnent encore dans nos oreilles ou nous plongent dans le regret. Nous avons une capacité d’accumulation et de résistance étonnante, mais pendant combien de temps allons-nous encore nous charger de tout cela ?

– Difficultés de s’adapter à un nouvel environnement ou de nouvelles conditions de vie (séparation, deuil…)

– Difficultés à se concentrer, à lire, à écrire, à comprendre, à écouter, à apprendre, à calculer, à s’organiser, à se coordonner. Combien d’efforts nous faudra-t-il encore avant de retrouver le plaisir d’apprendre enfin avec facilité ?

– Un sommeil irrégulier ou peu récupérateur. Des sensations de fatigues. Des douleurs dans le corps. Combien de temps allons-nous encore attendre avant de s’occuper un peu plus de nous en écoutant davantage les messages de notre corps ?

– Sensation de se lever le matin peu motivé, avec des idées assez négatives, préoccupé par les soucis de la journée ponctués par une série de « il faut », « je dois ». Est-ce qu’on a l’impression de commencer la journée comme on le voudrait : ne sommes-nous pas déjà en train de choisir comment la journée va se dérouler et la programmer de cette façon ?

– Manque de confiance dans telle situation, manque d’assurance ou de motivation dans telle autre, sensation de ne pas se sentir à la hauteur en tant que femme ou en tant qu’homme pour réaliser ses projets… Vous sentez-vous disposé à vivre vos expériences avec plus de confiance en vous-même ?

– Anxieux par la réunion à organiser, anxieux au regard de toutes les tâches à gérer dans la journée, le trac de passer un examen, préoccupé par toute l’attention que demandent vos enfants… Êtes-vous prêt à vous sentir plus paisible au regard de vos projections dans le futur ?

– Difficultés à poser des limites à vos enfants, de vous faire respecter dans vos demandes, fatigué de répéter les mêmes choses encore et encore, sensation d’être oppressé au point de ne plus avoir de temps libre pour vous.

Êtes-vous prêt à communiquer différemment avec vous-même et avec les autres, pour enfin respirer, et donner à l’autre la chance d’être plus autonome et responsable ?

– Difficultés à prendre des décisions constructives

b) Se comprendre afin d’atteindre nos objectifs

– Les différentes prises de conscience de soi, la diminution du stress associé aux différents moments de la vie, l’augmentation de la motivation pour atteindre vos objectifs personnels et retrouver le choix, là où il semble ne plus y en avoir, font partis des objectifs de ce travail.

– Sous stress, il est hasardeux et risqué de faire des choix. Sous stress, c’est notre passé qui parle : nous réagissons et nous sommes dans une réactivité bien conditionnée.

– Sous stress, nous ne sommes pas dans le temps présent : c’est l’enfant, l’adolescent ou l’adulte du passé, blessé, qui s’exprime, avec peu de conscience sur ce qui se déroule à ce moment.

– Vivre plus dans le temps présent, dans l’ici et maintenant, nous permet de libérer notre créativité, d’oser aller vers l’inconnu, d’aller vers de nouveaux apprentissages et de nouvelles expériences.

– Depuis notre naissance, nous sommes structurellement et neurologiquement des apprenants : toute notre énergie est dirigée vers l’utilisation de notre capacité phénoménale à apprendre ; tous nos sens sont en plénitude, prêts à vivre de nouvelles expériences et avec une facilité étonnante.

– Comment avons-nous perdu cela ? Comment avons-nous perdu notre spontanéité ? Comment notre impulsivité a-t-elle été bloquée ?

– Des difficultés d’apprentissage aux difficultés de mal-être il n’y a qu’un pas. Cette approche y répondra d’une manière personnelle et précise.

– Quel est le message de nos émotions ? Comment le contrôle a-t-il pris sa place dans notre quotidien, au point que nous avons remplacé gestion des émotions par le contrôle et le déni de nos émotions.

– Rester bloqué dans un fonctionnement qui nous a servi à un moment donné dans notre vie, mais qui ne correspond plus à nos attentes actuelles : n’est-ce pas quelque chose que vous voulez changer ?

– Être davantage dans son corps, comprendre ses émotions et ce qu’elles ont à nous dire, tendre vers ce qui est essentiel pour nous : n’est-ce pas ce que nous désirons tous un peu plus chaque jour ? Le faisons-nous ? Est-ce seulement possible ?

– Est-ce vraiment nécessaire d’être dans la peur ou dans la douleur pour évoluer dans la vie ? Le travail proposé ici vous apprend à avancer en étant plus doux avec vous-même et à vous accepter un petit peu plus chaque jour.

 c) Vivre ses désirs au quotidien…

… afin d’avoir la sensation intérieure de plus de liberté au lieu de contraintes que vous vous imposez.
… afin de se connaître davantage, reprendre contact avec ses désirs et ses besoins, aller vers votre réalisation de façon plus consciente.
… afin de connaître vos talents, de vivre votre plein potentiel.
… afin de retrouver un lien plus présent avec votre corps, de reprendre contact avec lui, avec ce qu’il a à vous dire.
… afin de retrouver la motivation en soi pour réaliser les projets qui vous tiennent à cœur.
… afin de respirer un peu plus dans le nouvel espace que vous vous serez offert : n’est-ce pas un cadeau pour vous-même ?

L’orientation de ce travail est la gestion du stress, l’augmentation des performances, l’amélioration de l’apprentissage. C’est un travail éducatif qui est réalisé lors de séances individuelles où le professionnel agit en tant que facilitateur pour permettre à la personne de trouver ses propres solutions. Il s’attache à ce que la personne reprenne sa propre autorité afin qu’elle retrouve plus de liberté. Ces techniques vous apporteront des clés quant à vos questions les plus personnelles.

QUEL OUTIL EST UTILISÉ ?

La kinésiologie comprend un ensemble de méthodes qui utilisent un outil de base commun très sensible, le test musculaire manuel de précision (instrument de bio-feed-back). Le test musculaire est une réponse physiologique qui échappe au contrôle du mental conscient. Il nous permet de communiquer avec la mémoire cellulaire. Notre corps a une mémoire : tout ce que nous avons vécu, nous l’avons vécu avec notre corps et reste ancré au cœur de nos cellules. Nous vivons tous des événements, ce ne sont pas les événements qui posent problème, mais le comment nous les ressentons. Si nous sommes dix personnes à vivre le même événement, nous avons chacun un ressenti différent. C’est ce ressenti qui vient fusionner avec l’événement qui crée une « mauvaise disquette ». Nos colères, nos rages, nos déceptions, nos angoisses restent ancrées en nous. Elles provoquent nos réactions dans le présent tant que nous ne les avons pas libérées. Le kinésiologue interroge cette mémoire cellulaire. Il se laisse guider par le test musculaire pour accéder aux stress originel du passé et au « levier » (émotion, déséquilibre énergétique) qui permettra de résorber le frein ou le blocage actuel résultant de ce stress. Grâce à ce test, le kinésiologue va installer un “dialogue” entre vous et la mémoire de votre corps pour vous permettre de :

– localiser le stress dans le corps, de corriger les déséquilibres dus à ce stress et de vérifier si les corrections ont bien fonctionné.
– déceler les traumatismes de la petite enfance, de la naissance, de la vie intra-utérine, de la conception…
– mieux connaître l’origine de vos blocages dont la charge émotionnelle peut voiler votre discernement et vos capacités de choix d’aujourd’hui.
– prendre de la distance face aux émotions perçues comme négatives.
Une fois le stress nommé, le kinésiologue aide le testé dans un travail de libération de stress, appelé « défusion » (voir ci-dessous).

a) Comment fonctionne le test musculaire manuel de précision ?

Un test musculaire manuel consiste à placer un muscle dans une position de contraction et à exercer une légère pression pour tenter de lui faire quitter sa position. L’un des muscles que nous utilisons est la partie antérieure du deltoïde (le muscle qui donne l’arrondi de l’épaule). La personne lève le bras vers l’avant, paume vers le bas, coude tendu. La pression est exercée sur le dos du poignet pour ramener le bras le long du corps. Si le muscle est correctement alimenté en énergie, il garde sa position sans aucun effort. S’il ne l’est pas, il manifeste un affaiblissement de son tonus et le bras cède à la pression pourtant très douce. Ce test est dit de précision parce que nous effectuons des pré-tests en début de séance afin de nous assurer de sa fiabilité.

b) En quoi ce test est-il un instrument de bio-feed-back ?

En bio-feed-back, des appareils sont utilisés pour évaluer le fonctionnement du système corps/mental. En kinésiologie, nous utilisons les muscles du corps dans le même but. Le test musculaire permet de connaître la réponse physiologique de notre corps face à un stimulus physique (toucher, couleur, son, odeur, posture, etc.), émotionnel, mental, nutritionnel, etc. Le test musculaire est un moyen de communiquer avec le corps, comme avec un ordinateur sur le mode binaire. Notre “bio-computer” nous renseigne, grâce au test, sur la présence d’un stress en rapport avec une difficulté, une question, une sensation, une émotion…

Le test musculaire manuel de précision est donc utilisé pour :

– Mettre en évidence les déséquilibres énergétiques et les stress émotionnels (ou autres) empêchant une personne d’utiliser toutes ses potentialités et de bien vivre son temps présent ;
– Préciser la nature et l’origine de ces déséquilibres ainsi que les états émotionnels et mentaux qui leur sont associés ;
– Déterminer la nature des équilibrations qui permettront de lever ces déséquilibres ;
– Vérifier l’efficacité des équilibrations ;
– Permettre à la personne d’utiliser toutes ses potentialités, de vivre son temps présent comme elle le désire et de pouvoir faire les choix qui lui conviennent.
Remarque : L’emploi du terme kinésiologie s’explique par le fait que ce sont des chiropracteurs qui sont à l’origine de cette technique. Le test manuel est une activation musculaire, d’où “kiné” : mouvement. Cependant, la kinésiologie n’a pas de point commun avec la kinésithérapie.

 c) Quel intérêt y a-t-il à communiquer avec notre corps ?

La réponse musculaire est une réponse physiologique qui échappe au contrôle du mental conscient. Par le test musculaire, nous communiquons avec la conscience du corps, notre propre source d’informations, et nous accédons à sa mémoire, cette fabuleuse banque de données. En effet, notre corps a une mémoire. L’expérience du passé a été enregistrée par les neurones et les cellules des tissus, nerfs et muscles, qui s’en souviennent. Toutes les peurs, les rages, les douleurs qui se sont accumulées dans cette mémoire depuis notre conception sont là. Présentes mais refusées et oubliées par le mental conscient, elles déterminent nos réactions dans le présent, nous dictant à notre insu l’évitement des problèmes ou des relations qui les ont engendrées. Tant que nous sommes mus par ces émotions du passé, nous ne pouvons pas disposer du merveilleux potentiel de notre cerveau antérieur, le cortex frontal, siège des processus décisionnels, du choix. Notre cerveau émotionnel limbique nous enferme dans la reproduction des schémas réactionnels du passé. Il est alors le maître du jeu.

QUELS EN SONT LES MÉCANISMES ?

Nous pouvons percevoir le monde sous deux angles, à partir de deux points de vue totalement différents : soit comme un tout – c’est le rôle du cerveau droit, l’hémisphère qui reconnaît la forme, la « Gestalt » – soit fragmenté en unités minimales – c’est celui du cerveau gauche, l’hémisphère analytique. Ce sont deux mécanismes qui ont leur place dans les processus d’apprentissage. En effet quelque-soit l’activité que nous devons effectuer, nous avons besoin de pouvoir accéder simultanément à ces 2 processus. Lorsque nous lisons, par exemple, nous avons besoin non seulement de pouvoir déchiffrer les lettres qui composent les mots, mais aussi de pouvoir accéder au mot dans sa globalité, puis à la phrase… Des éducateurs se sont aperçu que des enfants (ou des adultes) en difficulté d’apprentissage ont du mal à utiliser simultanément gauche et droite du corps, mais aussi des yeux, des oreilles, de la main, etc. Ceci peut expliquer des problèmes de lenteur : pour qu’un enfant écrive bien, il faut des yeux, une main, et un cerveau pour commander le tout, mais la coordination œil / main / cerveau n’est pas toujours très bonne.

 La kinésiologie va mettre en évidence les déséquilibres qui font que l’adulte ou l’enfant va être lent, fatigué…

…En stimulant le corps sur différents points réflexes et par des mouvements, on va l’aider à une bonne intégration, c’est-à-dire, à une bonne utilisation simultanée des deux côtés du corps et du cerveau. Ces mêmes difficultés peuvent être liées à l’aspect émotionnel des choses. Ce point de vue est aussi abordé. Que ce soit un adulte ou un enfant, chaque séance se passe sur un objectif : certaines émotions, certains évènements liés à cet objectif vont ressurgir pendant la séance. La correction va avoir un effet émotionnel mais la correction n’est pas forcément une correction dans le domaine émotionnel, ce peut être un mouvement ou une stimulation de point ou autre.

En Kinésiologie, il existe un mot « DEFUSION » (dé – fusion). Exemple : quand un enfant apprend à lire et qu’il fait une erreur, il se fait gronder par son instituteur (trice). Le fait de s’être fait reprendre devant ses camarades peut avoir pour effet de « fusionner » le « fait » de lire avec l’émotion ressentie à ce moment-là (honte, peur, colère, tristesse…). Ce que l’on cherche à faire c’est d’aider l’adulte ou l’enfant, par différentes techniques, à « dé – fusionner » l’événement de l’émotion de façon à, ce que la lecture puisse redevenir une action libre de cette émotion négative qui faisait que cette personne en situation de lecture revivait la même émotion chaque fois. Pour elle, lecture signifiait « stress » (donc impossibilité de lire correctement). Ce type de correction est valable pour d’autres activités ou évènements, et peut s’effectuer des années après.

Les exercices que l’on fait sont des mouvements pour activer le corps et qui, en fait, activent le cerveau (exercices de « Brain Gym »). Ces exercices que l’on fait pour la première fois en séance créent des connections nerveuses. Si on ne les refait jamais, c’est comme le chemin dans la brousse, il va se refermer, alors que les faire régulièrement, permet d’entretenir et rendre ces connections plus aisées et rapides (plus le chemin est utilisé souvent plus il devient praticable, plus il aisé et rapide d’y passer). Ces exercices peuvent être utilisés en dehors d’une séance individuelle et faits en groupe.

Il faut savoir que les différentes branches de la kinésiologie peuvent intervenir pour équilibrer une même difficulté : il se peut que pour l’écriture par exemple on soit amené à travailler en Touch for Health, puis en Three In One Concepts®, en Édu-K…Le chemin à suivre nous est montré par le corps de la personne à travers le test musculaire. La démarche ne sera pas forcément la même pour deux individus différents ayant le même objectif (leur vécu étant forcément différent).

Le Kinésiologue est un facilitateur, ou catalyseur. Il permet que la réaction se produise, mais il ne fait pas partie de la réaction.

« Personne ne reçoit de prix pour souffrir et personne ne reçoit de prix pour ajouter de la souffrance aux autres. Notre but est de changer la perception, et changer la perception est un acte simple, facile et indolore. L’utilisation de notre système vous garantit que durant la défusion (dissociation de l’événement vécu et de sa charge émotionnelle) vous ne revivrez pas l’ancienne douleur liée à l’expérience passée, aussi douloureuse fut-elle au moment même. Ce que vous allez expérimenter, c’est une libération, de l’énergie positive et une sensation de soulagement provenant du fait que vous avez retrouvé votre pouvoir » (Gordon Stokes, fondateur de la technique de kinésiologie “intégration corps/mental”).

NOTRE ATTITUDE EN TANT QUE KINÉSIOLOGUE, DANS LE TRAVAIL D’ACCOMPAGNEMENT DE L’AUTRE…

Prendre le temps d’être présent à soi et à l’autre. Notre attitude dans le travail d’accompagnement de l’autre est de donner de l’Espace à l’autre afin qu’il Entende ses solutions et qu’il mette en place les changements nécessaires pour y répondre. La solution vient d’elle-même quand on la regarde avec une conscience plus large que le problème lui-même, sinon c’est comme vouloir attraper un poisson avec un filet dont les mailles sont plus larges que le poisson : on essaye, on essaye, et ça ne marche pas. C’est pareil avec un filet où l’on souhaiterait attraper des papillons : on a beau brasser de l’air, les papillons restent à leur sa place, nous occupant l’esprit en générant une multitude de pensées. Nous ne sommes pas nos pensées : elles sont comme des poissons ou des papillons insaisissables.

Être un instant immobile afin d’être totalement présent à ce qui se déroule devant moi, en moi, n’alimente plus ce mouvement incessant, et là, la prise de Conscience que notre filet n’est pas adapté arrive. Alors, les papillons se posent sur notre main, les pensées ne s’agitent plus devant nos yeux, et chaque papillon reprend son envol pour disparaître au loin, pour aller enseigner ce lâcher prise à un autre être humain. C’est une invitation à prendre le temps de ressentir le papillon qui se pose sur nous, prendre le temps d’écouter ce qui se passe dans notre corps et prendre le temps de reconnaître son existence. Conscientiser que le papillon ne peut être contrôlé, car il vit sa vie, nous amène à être complètement présent à soi. La Présence remplie automatiquement le vide laissé par l’agitation des pensées – des papillons. Quand ce vide est rempli par ma présence, par ma respiration, par mon ressenti, que je sens la vie circuler en moi, je suis complètement dans le temps présent. Et là, plus aucun stress ne peut exister. C’est à ce moment-là que la conscience arrive, et que la solution va de soi. Cette solution n’est pas celle que l’on imaginait au départ (attraper les papillons en construisant un autre filet), mais une toute autre façon de voir la réalité s’ouvre alors à nous. Vouloir chercher une solution pour l’autre, ou que l’autre cherche une solution, évite de s’écouter et d’accueillir, nous gardant dans le même niveau de conscience que la réalité enfermante de départ. Donner l’Espace à l’autre afin de l’amener à être Présent à lui-même, pour que sa Conscience l’élève, c’est l’expression d’un réel nouvel Apprentissage, alors t’ECAP ?  Être Conscient puis Agir au Présent !

COMMENT SE DÉROULE UNE SÉANCE INDIVIDUELLE DE KINÉSIOLOGIE ?

– Il y a d’abord une anamnèse et une définition de l’objectif ou des thèmes de travail.
– Pré-activités : pour mettre le corps en état de réponse optimale par rapport à l’objectif / thème.
– Bilan pour observer ce qui « débranche » lorsque la personne se dirige vers son objectif.
– Corrections et/ou Équilibrages
– Post-activités : on vérifie que ce qui était « débranché » au départ, fonctionne maintenant pour aller vers l’objectif / thème choisi : c’est à dire que les portes sont ouvertes, que tout est « rebranché » pour permettre à la personne d’accéder facilement à son objectif.
– Enfin, on propose :
– des exercices à faire à la maison pour que le corps n’oublie pas qu’il a maintenant une nouvelle option qu’il a choisi lui-même pour se libérer de sa difficulté et pour entraîner le système nerveux à fonctionner d’une nouvelle manière et /ou
– un nouveau CHOIX pour repartir après la séance avec une prise de conscience par rapport à l’objectif / thème afin de pouvoir l’utiliser dans la vie quotidienne pour apporter un réel changement.

DURÉE / COÛT / NOMBRE DE SÉANCES

Une séance pour un enfant et un adolescent dure environ une heure et coûte en moyenne 50 euros. Une séance pour un adulte varie d’une heure à une heure et demie et coûte environ 55 à 60 euros. Certaines mutuelles remboursent les séances de kinésiologie. Toute personne étant unique, la séance sera adaptée aux besoins de chacun ainsi que leur nombre : de 1 à 3 séances pour un objectif « ponctuel », 5, 6 séances pour un travail “plus approfondi”, et davantage pour un “travail de fond”, chacune espacée de 3 à 4 semaines, ou au rythme de la personne (plus rapprochée ou plus espacées). La kinésiologie peut être utilisée indépendamment ou en synergie avec une autre technique où elle vient en complément pour optimiser les résultats de cet autre soutien (pédagogie, psychologie …).

LA NOTION DE STRESS...

Voici sur ce lien un diaporama réalisé par une étudiante en formation à l’ECAP de Nantes sur “le stress et la Kinésiologie”.

SOUS STRESS, LE FONCTIONNEMENT CÉRÉBRAL EST LIMITÉ…

d’où…

– Difficulté à apprendre et à réfléchir
– Déconnexion à un ou plusieurs niveaux dans le fonctionnement cérébral : D-G, Avant-Arrière, Haut-Bas

…Dans les différents domaines de la vie :

Scolaire : difficultés d’apprentissage, déni de sa capacité d’apprentissage
Personnel et professionnel : difficultés relationnelle, incapacité d’atteindre ses objectifs, indécision, répétition des schémas du passé, image négative de soi
Sportif : performances réduites
Artistiques : créativité bloquée

…En raison d’une difficulté à utiliser ses ressources, d’où par exemple : difficulté de compréhension, manque de concentration, distraction, émotions inhibées ou non contrôlées, absence de confiance en soi, tensions musculaires, rigidité, pensée confuse, mauvaise mémoire, perte de l’estime de soi…

HORS STRESS, LE FONCTIONNEMENT CÉRÉBRAL EST OPTIMAL…

d’où…

– Capacité d’intégrer de nouveaux savoirs et d’agir de manière réfléchie et créative.
– Le cerveau est utilisé et intégré dans ses trois dimensions : Droite-Gauche, Avant-Arrière, Haut-Bas
…Dans les différents domaines de la vie :
Scolaire : apprentissage intégré, amélioration des résultats, joie d’apprendre
Personnel et professionnel : relations sociales et familiales harmonieuses, réalisation des objectifs, action réfléchie et pouvoir de décision, bien-être, estime de soi
Sportif : optimisation des performances
Artistiques : libération de la créativité

…Grâce à des capacités accrues d’utilisation de ses ressources, d’où par exemple : Clarté d’esprit (vision analytique et globale), planification des stratégies, gestion des émotions, confiance en soi, flexibilité et souplesse, compréhension, mémorisation, concentration.

La notion de “stress” vient du latin stringere qui signifie “rendre raide”, “serrer”, “presser” a été rendue populaire autour des années 1940 par un endocrinologue canadien Hans Selye. Il le décrit comme le moyen physiologique et psychologique mis en œuvre par une personne pour répondre à un événement donné et l’a caractérisé comme étant “un changement brutal survenant dans les habitudes d’une personne, jusque-là bien équilibrée, qui est susceptible de déclencher un bouleversement dans sa structure psychique et même somatique (le corps).” Hans Selye a analysé les différentes étapes de ce processus et en a identifié trois principales sous le nom de Syndrome Général d’Adaptation :

1 – La phase d’alarme : le stress à court terme. Notre corps est confronté à un choc et notre organisme va tout faire pour s’adapter à cette situation. L’énergie du corps est mobilisée pour une réponse en urgence à court terme. On connaît tous, par exemple, la panne de réveil provoquant une brusque montée d’adrénaline (activation du système nerveux sympathique) qui va permettre de répondre en urgence à la situation stressante. Ici, le stress est positif et est généralement suivi d’un retour au calme quand la situation est gérée de façon adéquate (activation du système nerveux parasympathique).

2 – La phase de résistance : le stress persiste. Si l’agent stressant persiste, notre organisme entame une phase de résistance. Il va essayer de rassembler des ressources pour trouver un nouvel équilibre. Le taux d’énergie d’adaptation s’élève. Cette phase peut s’accompagner de tensions corporelles, mentales et émotionnelles conduisant à une sensation de malaise. Les premiers signes d’anxiété apparaissent.

3 – La phase d’épuisement : le stress devient chronique. Si la situation dure trop longtemps, ou si de nouveaux agents stressants viennent s’y ajouter, l’organisme se fatigue. Le taux d’énergie d’adaptation s’affaiblit, le corps s’épuise mettant en péril notre santé avec baisse de l’immunité et risque d’apparition de pathologies.

Un constat alarmant…

D’après une étude récente réalisée par la Caisse Nationale d’Assurance Maladie, les Français sont les premiers consommateurs d’antidépresseurs et de tranquillisants en Europe. Au niveau professionnel, 44% des français se disent stressés et 18% le sont à des niveaux élevés dangereux pour leur santé (sondage TNS-SOFRES, avril 06 -lire plus bas). A la base de ce constat, il y a le stress produit par nos peurs, nos inquiétudes, nos insécurités et nos dualités intérieures. En voilant notre discernement, il devient un frein considérable à notre équilibre. Par ailleurs, c’est bien souvent notre perception d’une situation au travers du filtre de nos croyances et de nos peurs, et pas la situation elle-même, qui cause notre stress. Il est cependant possible d’apprendre à mieux le gérer en changeant cette perception par une libération de la charge émotionnelle associée aux événements vécus comme stressants.

“Les gens sont troublés non par les choses mais par l’image qu’ils s’en font” (Epictète)

Voici des extraits d’une enquête parue le samedi 15 avril 2006, dans “Figaro Magazine”, intitulée : “Stress au travail, révélations sur un mal français” Le Figaro Magazine et TNS-Sofres ont réalisé la première étude nationale révélant le niveau réel de stress des français dans leur environnement professionnel. Comme il fallait s’y attendre, le mal est là. 44% des français apparaissent stressés. Plus inquiétant, 18% le sont à des niveaux très élevés qui mettent en danger leur santé psychologique ou mentale. De surcroît, les français ne sont pas égaux face au stress. Notre étude révèle des différences étonnantes en fonction des régions, de l’âge, de la profession, du sexe… Notre pays entretient une relation ambiguë avec le stress. Quand la Suède l’a reconnu comme maladie professionnelle et que de nombreuses multinationales étrangères en tiennent compte pour éviter à leurs cadres le burn-out, ce fameux syndrome d’épuisement professionnel, la France n’aborde guère le sujet autrement qu’autour de la machine à café. Ce mal reste tabou. Notre étude révèle clairement que la réponse française face à cette véritable épidémie n’est pas la bonne. Elle stigmatise notre incapacité à envisager le travail comme un facteur d’épanouissement.

Le stress touche presque un français sur deux (44%) et en menace 18%, compromettant leur santé. Les femmes sont les premières victimes : 26% sont à des niveaux très élevés. L’inégalité face au stress ne s’arrête pas là. Les quadras sont les plus touchés. Selon les catégories professionnelles le taux le plus important de personnes stressées se retrouve au sein des employés et du personnel d’entreprises de services (47%), talonnés par les professions libérales et les cadres (46%). C’est néanmoins chez les artisans, les commerçants et les chefs d’entreprise que se concentre le plus grand nombre de personnes menacées par des taux de stress dangereux pour leur santé.

L’environnement social et professionnel est aussi fondamental face aux facteurs de stress. Il apparaît que les français ne sont pas géographiquement égaux au regard de ce problème. Paris et sa banlieue, le Nord et le Sud-Ouest sont les régions les plus touchées par le stress professionnel. Une autre idée reçue – et non des moindres – vole en éclat : nous ne sommes pas moins stressés dans le secteur public que dans le secteur privé.

POUR MIEUX COMPRENDRE COMMENT NOUS FONCTIONNONS

La nature nous a dotés d’une faculté d’adaptation à l’environnement, nous offrant ainsi la flexibilité nécessaire pour répondre aux mouvements de la vie, et maintenir l’équilibre entre notre monde intérieur et le monde extérieur. Cependant, face à l’accumulation de stress quotidiens, il arrive que nous nous sentions accablés et submergés par ces agressions répétitives. L’équilibre se trouve alors rompu conduisant à un mal-être nous privant de notre pleine capacité à gérer ces situations de stress. Devenus vulnérables, nous sentons peu à peu s’installer un mal-être qui se traduit sous des formes diverses : irritabilité, agressivité, anxiété, oppression, etc… Nous nous sentons comme pris dans un cercle vicieux où il semble qu’un “petit rien suffirait pour tout faire chavirer”. Pour mieux comprendre ces états émotionnels qui gouvernent nos comportements humains, revenons brièvement sur le fonctionnement de notre cerveau avec quelques approches de neurophysiologie.

Comment fonctionne notre cerveau ?

Selon la théorie du neurologue Paul Mac Lean, émise en 1970 et unanimement reconnue, notre cerveau est en fait constitué de “trois cerveaux” interagissant, qui se sont développés par couches successives répondant ainsi aux besoins de l’homme au cours de son évolution. Ces trois cerveaux correspondent à des fonctions évolutives bien différentes anatomiquement et psychologiquement. On peut distinguer, du plus interne au plus externe (figure ci-contre) : le cerveau reptilien ou réflexe/archaïque (le “Ça” de Sigmund Freud), le cerveau limbique ou “émotionnel” (le “Surmoi”) et le néo-cortex ou cerveau cognitif (le “Moi”).

Ces trois couches cérébrales empilées correspondent à une chose étonnante : nous avons en nous toute l’histoire de l’évolution de l’humanité…. L’homme a d’abord hérité du cerveau reptilien, commun aux reptiles. Il contrôle l’instinct, les réflexes, les pulsions, la défense du territoire, le besoin de reproduction. Il tient un rôle dans la survie de l’individu. A ce cerveau est venu se greffer le cerveau limbique. C’est le cerveau qui “monte la garde” et s'”allume” en cas de danger. Il est relié à la conservation, aux croyances, aux habitudes, aux mémoires anciennes, dont la mémoire des émotions/sensations/sentiments : plaisir, désir, colère, peur, joie, tendresse.…

Il intervient dans la vie relationnelle et l’appartenance au groupe, le besoin de reconnaissance. C’est lui qui contrôle en grande partie notre physiologie dont il régule l’équilibre, encore appelé “homéostasie”. Il est donc aussi intimement lié au corps. Enfin est apparu le néo-cortex. Cerveau spécifiquement humain, il est composé de deux hémisphères. Un hémisphère gauche associé à la pensée analytique, linéaire, logique, rationnelle, au langage… et un hémisphère droit associé à la pensée synthétique, globale, spontanée, à l’intuition… Non concerné par l’émotion, il contrôle nos capacités d’adaptation, de création, d’évolution de l’humain en conscience. Spécifique de notre espèce, la zone préfrontale est le lieu de traitement et d’intégration des informations, de choix et de décision, d’organisation des actions, d’unification de la personne.

La fonction psychologique de ces trois cerveaux est très proche de la hiérarchie des besoins de l’être humain établie en 1943 par le psychologue humaniste Abraham Maslow, selon laquelle la motivation, l’évolution et le bien-être de l’individu dépendent de la satisfaction de certains besoins. Ils sont au nombre de cinq et classés par ordre de priorité :

– Les besoins physiologiques, permettant de se maintenir en vie (boire, manger, dormir, se reproduire…)
– Le besoin de sécurité (physique, morale, psychologique, professionnelle, stabilité familiale), de propriété
– Le besoin d’estime des autres, d’appartenance au groupe et de reconnaissance (aimer et être aimé)
– Le besoin d’estime de soi (respect de soi-même, des autres, valorisation de soi)
– Le besoin de réalisation de soi (accomplissement personnel)

Que se passe-t-il en cas de stress ?

En présence d’une situation nouvelle vécue comme un stress, d’un changement dans les habitudes, le cerveau limbique initialement programmé pour répondre au danger, en bon “gardien” de notre équilibre et de notre bien-être, est instantanément mis en alerte. Il déclenche immédiatement une alarme qui interrompt l’activité du néo-cortex, pour se focaliser sur la priorité : le maintien de notre vie et de notre équilibre. Paradoxalement, au moment où nous en aurions le plus besoin, le néo-cortex ainsi déconnecté nous empêche de penser clairement. Il nous prive alors de nos capacités de raisonnement, d’adaptation à la situation nouvelle et de choix à adopter, dans notre meilleur intérêt. D’où le syndrome bien connu de “la page blanche” lors d’un examen où le savoir engrangé n’est plus accessible à cause du stress, ou encore la sensation de panique incontrôlable lors d’un stress important avec les manifestations physiques peu agréables telles que, le tremblement des mains et des jambes, le cœur qui cogne dans la poitrine, la gorge et l’estomac qui se nouent, la sueur qui coule etc… “Le mental intuitif est un don sacré et le mental rationnel est un serviteur fidèle. Nous avons créé une société qui honore le serviteur et a oublié le don” (Albert Einstein). La difficulté permanente de communication entre le cerveau “émotionnel” et le néo-cortex peut faire prendre à la vie l’allure d’un combat épuisant où l’on s’efforce de gérer au mieux le quotidien en négligeant parfois une souffrance ou une détresse sous-jacente pourtant bien réelle. Le corps étant intimement lié à nos états émotionnels, pourra être le théâtre de gênes physiques divers se manifestant aussi bien chez l’adulte (vie privée, professionnelle) que chez l’enfant (milieu scolaire). Ainsi, tout changement ressemblant de près ou de loin à une expérience déjà vécue comme stressante ou un mieux-être désiré consciemment, pourra être perçu comme une menace, un risque dangereux et négatif.

FORMATIONS COMPLÉMENTAIRES

En parallèle de votre formation en kinésiologie ou à la fin de votre cursus, vous pouvez assister à des formations complémentaires et vous spécialiser dans un parcours spécifique : comme le parcours complet en TFH pour devenir “Consultant en TFH“, ou encore le parcours en complet TIOC pour devenir “Consultant/Facilitateur en TIOC“, ou encore le parcours complet en Édu-K pour devenir “Accompagnant en Édu-K“. Vous deviendrez ainsi “Kinésiologue spécialisé en TFH, en TIOC ou encore Édu-K“. Et si vous suivez la formation en KCS, vous devenez “Kinésiologue spécialisé en Crânio-Sacrée“, etc.

C’est aussi possible de vous former tout d’abord à un parcours spécifique en Édu-K, en TFH, ou en TIOC, puis de poursuivre votre formation avec les modules proposés dans le parcours en kinésiologie, jusqu’à vous certifier en tant que Kinésiologue ou pour compléter votre formation. Cependant, il ne suffit pas toujours de maîtriser les techniques kinésiologiques pour devenir un bon accompagnant. C’est pour cela que nous recommandons vivement aux personnes qui souhaitent se former sur un parcours spécifique (ex : TFH, Edu-K ou TIOC) de compléter leur formation par les modules “ASE”, “AMC” et “Ma Profession, une Passion”. Ces modules vous permettront de travailler votre posture d’accompagnant qui sera complémentaire à vos cours spécifiques de kinésiologie (TFH, Edu-K, TIOC).

– Kinésiologie Crânio-Sacrée 1
– Kinésiologie Crânio-Sacrée 2
– Energie et Vitalité tibétaines
– Chakras et Kinésiologie
– Métaphores en Kinésio et Accompagnement
– La Communication Connectée
– Brain Gym : je bouge, j’en parle
– Brain Gym & École
– IMP – ADM – L’alphabet du mouvement
– IMP – LKS – La Kinesphère
– IMP – NPA – Nés pour aimer
– Neuroludo

INTITULES DES MODULES ET DES COURS FAISANT PARTIE DU PARCOURS COMPLET POUR DEVENIR KINÉSIOLOGUE

EDUCATION KINESTHESIQUE :
* Retrouvez :
– sur ce lien le descriptif du module, le détail du contenu des cours et les dates à venir.
– sur ce lien les supports pédagogiques utilisez dans ces cours d’Edu-K, avec notamment, les grilles d’auto-évaluations des compétences et connaissances à compléter tout au long de votre formation en Edu-K.

COURS OBLIGATOIRES :

Edu-K 1 – Brain Gym au quotidien (BGQ = 4 jours – 400 euros)
Edu-K 2 – Brain Gym 1 & 2 (BG 1&2 = 4 jours – 400 euros)
Edu-K 3-4 – Organisation Optimale & Dynamiques du mouvement (OO-DdM = 4 jours – 400 euros) ou en 2 fois 2 jours (OO puis DdM)
Edu-K 6 – Pratique de base Édu-K (2 jours – 200 euros)
Edu-K 7 – Les 7 Dimensions de l’intelligence (7D = 4 jours 1/2 – 450 euros)

COURS CONSEILLES (FACULTATIFS) :

Edu-K 5 – Les Cercles de Vision (CdV = 4 jours – 400 euros)
Practicum 7D (2 jours – 200 euros)

THREE IN ONE CONCEPTS – CONCEPTS 3 en1 – TIOC
* Retrouvez :
– sur ce lien le descriptif du module, le détail du contenu des cours et les dates à venir.
– sur ce lien les supports pédagogiques utilisez dans ces cours de TIOC, avec notamment, les grilles d’auto-évaluations des compétences et connaissances à compléter tout au long de votre formation en TIOC.

COURS OBLIGATOIRES : 

TIOC 1 – TOT – Tools of the Trade – Les outils du métier (2 jours – 200 euros)
TIOC 2 – BOB – Basic One Brain – Un Seul Cerveau (3 jours – 300 euros)
TIOC + World of Baro (1 jour – 100 euros)
TIOC 3 – UTC – Under The Code – Sous les Apparences (3 jours – 300 euros)
TIOC + Body & Baro (1 jour – 100 euros)
TIOC 4 – AOB – Advanced One Brain – Un Seul Cerveau Avancé (4 jours – 400 euros)
TIOC 5 – LTW – Louder Than Words – Plus fort que les mots (4 jours – 400 euros)
TIOC 6 – SN – Structural Neurology – Neurologie Structurelle (4 jours – 400 euros)
TIOC 7 – RIJ – Relationship in Jeopardy – Relations en Péril (4 jours – 400 euros)
– TIOC 8 – BCPU – Body Circuits, Pain & Understanding – Les circuits du corps, la douleur et sa compréhension (5 jours – 600 euros)

COURS CONSEILLES (FACULTATIFS) :

TIOC 9 – CSA – Childhood, Gender Roles and Aging – Enfance, Rôles féminin-masculin, Vieillissement (4 jours – 480 euros)
TIOC 10 – AML – Adolescence, Maturity and Love – Adolescence, Maturité et Amour (4 jours – 480 euros)
TIOC 11 – AIS/F – Advanced Structure/Function Insight – Structure/Fonction Avancées (4 jours – 520 euros)
TIOC 12 – CP – Consultant Practicum – La Pratique avec le Consultant (4 jours – 520 euros)
TIOC 13 – BCFCT – Basic Consultant Facilitator Certification Training (6 jours – 780 euros)

TOUCH FOR HEALTH – TFH – LA SANTE PAR LE TOUCHER :
* Retrouvez :
– sur ce lien le descriptif du module, le détail du contenu des cours et les dates à venir.
– sur ce lien les supports pédagogiques utilisez dans ces cours de TFH, avec notamment, les grilles d’auto-évaluations des compétences à compléter tout au long de votre formation en TFH.

COURS OBLIGATOIRES : 

TFH 1 (2 jours – 200 euros)
TFH 2 (2 jours – 200 euro)
TFH 3 (2 jours – 200 euros)
TFH 4 (2 jours – 200 euros)
TFH 5 – Métaphores et Objectifs (2 jours – 200 euros)
TFH Proficiency (2 jours – 220 euros)

COURS CONSEILLES (FACULTATIFS) :

TFH TW – Training Workshop (8 jours – 880 euros)
TFH Métaphores Proficiency + TFH Métaphores TW (2 jours – 440 euros)

STRESS RELEASE – SR – WELLNESS KINESIOLOGY
* Retrouvez :
– sur ce lien le descriptif du module, le détail du contenu des cours et les dates à venir.
– sur ce lien les supports pédagogiques utilisez dans ces cours de SR, avec notamment, les fiches d’auto-évaluations des compétences et connaissances à compléter tout au long de votre formation en SR.

COURS OBLIGATOIRES :

Stress Release 1 (SR 1 = 2 jours – 200 euros)
Stress Release 2 (SR 2 = 2 jours – 200 euros)
Stress Release 3 (SR 3 = 2 jours – 200 euros)
– Stress Release 4 – Défusion des traits de personnalité négatifs (SR 4 = 3 jours – 200 euros)
Les 8 merveilleux vaisseaux (8 MV = 3 jours – 300 euros)

COURS CONSEILLES (FACULTATIFS) :

Les Exercices Biokinétiques (1 jour ou 2 soirées – 100 euros)

 

ANATOMIE-PHYSIOLOGIE PALPATOIRE – APP
* Retrouvez :
– sur ce lien le descriptif du module, le détail du contenu des cours et les dates à venir.
– sur ce lien les supports pédagogiques utilisez dans ces cours d’APP, avec notamment, les fiches d’auto-évaluations des compétences et connaissances à compléter tout au long de votre formation en APP.

COURS OBLIGATOIRES :

APP 1 (2 jours – 200 euros)
APP 2 (2 jours – 200 euros)
APP 3 (2 jours – 200 euros)

COURS CONSEILLES (FACULTATIFS) :

APP 4 (2 jours – 200 euros)
APP 5 (2 jours – 200 euros)

LES CLES DU CERVEAU – CDC
* Retrouvez :
– sur ce lien le descriptif du module, le détail du contenu des cours et les dates à venir.
– sur ce lien les supports pédagogiques utilisez dans ces cours CDC, avec notamment, les fiches d’auto-évaluations des compétences et connaissances à compléter tout au long de votre formation en CDC.

COURS OBLIGATOIRES :

CDC 1 – L’encéphale (2 jours – 200 euros)
CDC 2 – La mémoire (2 jours – 200 euros)
CDC 3 – Les émotions (2 jours – 200 euros)
– CDC 4 – Les neurones miroirs (2 jours – 200 euros)

COURS CONSEILLES (FACULTATIFS) :

CDC 5 – Le développement du cerveau (2 jours – 200 euros)

APPRENDRE A MIEUX COMMUNIQUER – AMC
* Retrouvez :
– sur ce lien
 le descriptif du module, le détail du contenu des cours et les dates à venir.
– sur ce lien les supports pédagogiques utilisez dans ces cours d’AMC, avec notamment, les fiches d’auto-évaluations des compétences et connaissances à compléter tout au long de votre formation en AMC.

COURS OBLIGATOIRES :

AMC 1 – Communiquer pour mieux vivre (3 jours – 300 euros)
AMC 2 – Apprendre à écouer les autres (3 jours – 300 euros)
AMC 3 – Améliorer nos relations avec les enfants + Mettre des mots sur les maux de son corps (3 jours – 300 euros)
– AMC 4 – Communiquer pour réussir sa vie de couple + Renaître à la vie après un deuil + Entretenir de meilleures relations professionnelles (3 jours – 300 euros)

COURS CONSEILLES (FACULTATIFS) :

AMC 5 – La posture de l’accompagnant dans la relation d’aide (3 jours – 300 euros)

ACCOMPAGNER, SAVOIRS ET ETRE – ASE
* Retrouvez :
– sur ce lien
 le descriptif du module, le détail du contenu des cours et les dates à venir.
– sur ce lien les supports pédagogiques utilisez dans ces cours d’ASE, avec notamment, les grilles d’auto-évaluations des compétences et connaissances à compléter tout au long de votre formation en ASE.

COURS OBLIGATOIRES :

ASE 1&2 Base Psy (4 jours – 400 euros)
ASE Deuil (2 jours – 200 euros)
ASE Sexualité (3 jours – 300 euros)
– ASE Addictions (2 jours – 200 euros)
ASE Alimentation (2 jours – 200 euros)

COURS CONSEILLES (FACULTATIFS) :

ASE + Hypnose (2 jours – 200 euros)
ASE + Symbolisme (2 jours – 200 euros)

MA PROFESSION, UNE PASSION – MPP :
* Retrouvez sur ce lien le descriptif du module, le détail du contenu des cours et les dates à venir.

COURS OBLIGATOIRES :

Atelier 1 – Ma Profession (2 jours – 200 euros)
Atelier 2 – Projet d’installation – Forces (2 jours – 200 euros)
Atelier 3 – Projet d’installation – Vulnérabilités (3 jours – 300 euros)
Atelier 4 – Un pont vers le futur (3 jours – 300 euros)

SECOURISME
* Retrouvez sur ce lien le contenu des cours et les dates à venir.

COURS OBLIGATOIRES :

PSC1 – Premier Secours Civique 1 (1 jour – 55 euros)
FPSE – Formation au Premier Secours à l’Enfance (1 jour – 45 euros)

INSTALLATION PROFESSIONNELLE – IP
* Retrouvez sur ce lien le contenu de cet atelier et la date à venir.

 Informations sur l’installation professionnelle (4h – 14h à 18h – Gratuit)

INFORMATIONS POUR LES ETUDIANTS QUI SE PRÉSENTENT A L’EXAMEN DE KINÉSIOLOGUE
(infos en version pdf)

Dans le parcours pour devenir Kinésiologue, il est demandé d’avoir assisté à une journée d’observation de “Séances pro” donnée par des kinésiologues. Elles sont organisées 2 fois dans l’année à l’ECAP de Nantes.

OBSERVATION DES JOURNEES “SEANCES PRO” :

– Tarif : 30 euros la journée d’observation
– Un temps consacré aux questions-réponses est proposé à la fin de chaque demi-journée par le (la) kinésiologue.

OBSERVATION DES JOURNEES EN CABINET :

Vous pouvez si vous le souhaitez en plus des journées “Séances Pro assister à l’observation de séances en cabinet. Voici 2 kinésiologues qui acceptent de vous accueillir dans leur cabinet . Il vous sera demandé d’être au minimum en 2ème année de formation pour pouvoir y assister :
– Xavier Meignen (sur Nantes et uniquement le mercredi avec un public majoritairement d’enfants) : xaviermeignen@ecapnantes.fr
– Sophie Tchekaloff (sur Rennes) : sophie.tchekaloff@free.fr
Il vous est également possible de demander à d’autres kinésiologues cette possibilité d’observer des séances dans leur cabinet.

Dans le parcours pour devenir Kinésiologue, nous demandons aux étudiants de donner au minimum 3 séances supervisées par un professionnel de l’accompagnement dont la liste se trouve ci-dessous. Les séances supervisées sont des séances où l’étudiant donne une séance de kinésiologie à un autre étudiant ou à une personne extérieure à la formation, supervisée par un professionnel. Ces séances supervisées ont pour objectif de se rapprocher des conditions d’une séance individuelle permettant à l’étudiant de développer sa confiance en lui et d’entendre les retours d’un professionnel sur son savoir-faire et son savoir-être dans son accompagnement, et de réajuster si besoin pour se préparer à l’examen.

Parmi ces professionnels, nous vous demandons d’être supervisé au moins une fois par Mme Ghyslaine Lecurieux-Lafayette et une fois par Xavier Meignen. Voici les coordonnées de ces professionnels : 

Ghyslaine LECURIEUX-LAFAYETTE – Nantes (44) – 58 rue Alfred de Vigny – 06 85 54 00 22 – llghys@gmail.com – Hypnothérapeute, Sexothérapeute, Praticienne en PNL et Formatrice en ASE
Xavier MEIGNEN – Nantes (44) – 58 rue Alfred de Vigny – 06 88 55 20 40 – xaviermeignen@ecapnantes.fr – Directeur de l’ECAP, Kinésiologue, Formateur en TFH
Céline POULAIN – Questembert (56)-  25 place du Gnl de Gaulle – 06 17 98 71 07 – celinepoulain@yahoo.fr – Kinésiologue et Formatrice
Sophie TCHEKALOFF – Rennes (35) – 11 rue Tristan Corbière – 06 78 02 02 38 – sophie.tchekaloff@free.fr – Kinésiologue

ORGANISATION DES SEANCES SUPERVISEES :
1) L’étudiant qui souhaite être supervisé dans une séance, doit contacter l’un des professionnels ci-dessus pour convenir d’un rdv.
2) L’étudiant donnera sa séance soit à un étudiant de 1ère année qu’il ne connait pas, soit ou à des clients extérieurs à l’ECAP.
3) Une fois le rdv convenu avec le professionnel, l’étudiant contacte l’accueil de l’ECAP pour que nous puissions envoyer un mail aux personnes intéressées, pour les informer qu’une séance supervisée aura lieu à tel endroit avec tel professionnel, tel jour et à telle heure.
4) Une fois que nous avons un(e) client(e) intéressé(e) pour recevoir une séance supervisée, l’étudiant, le professionnel et le client recevront un mail pour confirmer de la date de cette séance.

NB POUR LES ETUDIANTS :
. La séance durera 1h15 avec 15mn de retour sur la séance fait par le superviseur.
. Le superviseur sera rémunéré 50 euros la séance : 25 euros seront réglés par l’étudiant supervisé et 25 euros seront réglés par la personne qui reçoit la séance.
. Les séances pourront autant être des séances d’Edu-K, de TFH, de TIOC, de SR, selon le choix de l’étudiant ou des séances mixtes.

NB POUR LES CLIENTS : Si vous êtes une personne extérieure à l’ECAP ou un étudiant de 1ère année en kinésiologie, et que vous êtes intéressés pour recevoir une séance individuelle par un étudiant confirmé de 3ème année en kinésiologie, alors merci de nous en faire part par mail à l’adresse : accueil@ecapnantes.fr. Le tarif de la séance sera de 25 euros pour une durée de séance d’1h15. Nous nous permettrons de vous contacter lorsque nous organiserons une séance supervisée.

Pour assister à l’examen de kinésiologue, nous vous demandons de rédiger 50 comptes rendus de séances :

  • 10 en Education Kinesthésique (BG, OO, CdV, 7 Dim)
  • 10 en TFH (TFH 14 muscles, TFH 42 muscles, TFH en suivi, TFH en 1 point, TFH Métaphores)
  • 10 en TIOC (TIOC 1 à 7)
  • 10 en SR (SR 1 à 3)
  • 10 de votre choix où vous accompagnez 3 personnes sur 3 à 4 séances avec les techniques de votre choix (Edu-K, TIOC, TFH, SR, AMC) ou sous la forme de séances mixtes (protocole regroupant les différentes approches).

Merci d’ajouter à la fin de chacune des séances que vous donnez quelques lignes sur vos impressions suite à la séance. Merci d’ajouter également les commentaires de la personne à la fin de sa séance, et son retour quelques semaines après sur les effets de la séance.

Nous vous recommandons d’enregistrer vos séances, afin d’être plus disponible et à l’écoute de la personne que vous recevez. Vous pourrez en vous écoutant écrire plus facilement vos comptes rendus de séances et cela vous permettra également de repérer vos acquis et vos points à améliorer.

Vous trouverez sur les présentoirs de l’ECAP (dans la véranda) des exemplaires de dossier de comptes rendus de séances réalisés par des étudiants qui ont validé leur examen en kinésiologie ces dernières années (à consulter sur place uniquement).

Vous trouverez sur notre site internet, dans la rubrique « Supports » des fiches qui reprennent les différentes étapes d’une séance en TIOC, en TFH, en Edu-K et en SR. Vous pouvez vous aider de ces fiches pour rédiger vos comptes rendus de séances.

Un mois avant l’examen, merci :

  • d’envoyer par mail vos comptes rendus de séances à l’adresse : xaviermeignen@ecapnantes.fr
  • d’imprimer vos comptes rendus de séance (en recto-verso afin de minimiser le nombre de papier à utiliser) en 2 exemplaires, et d’en envoyer par courrier :
    • 1 exemplaire à Xavier Meignen à l’ECAP de Nantes : 58 rue Alfred de Vigny, 44300 NANTES
    • 1 exemplaire à Céline Poulain à l’adresse : 25 place du Général de Gaulle, 56220 QUESTEMBERT

Pour assister à l’examen de kinésiologue, nous vous demandons de rédiger un mémoire d’un minimum de 30 pages (sans les annexes). La rédaction du mémoire montre que l’étudiant a bien intégré les connaissances fondamentales de sa pratique. Il témoigne d’une réflexion personnelle sur la pratique ; réflexion issue d’une expérience approfondie. Avant de vous lancer dans la rédaction de votre mémoire, merci de contacter Céline POULAIN (celinepoulain@yahoo.fr), qui supervise les étudiants dans la rédaction de leur mémoire. Vous verrez avec elle si le plan et la problématique que vous souhaitez aborder correspond à nos attentes.

Un mois avant l’examen, merci :

  • d’envoyer par mail votre mémoire à l’adresse : xaviermeignen@ecapnantes.fr
  • d’imprimer votre mémoire (en recto-verso afin de minimiser le nombre de papier à utiliser) en 4 exemplaires, et d’en envoyer par courrier :
    • 3 exemplaires à l’adresse de l’ECAP de Nantes, 58 rue Alfred de Vigny, 44300 NANTES
    • 1 exemplaire à Céline Poulain à l’adresse : 25 place du Général de Gaulle, 56220 QUESTEMBERTRédiger un mémoire d’un minimum de 30 pages (sans les annexes). La rédaction du mémoire montre que l’étudiant a bien intégré les connaissances fondamentales de sa pratique. Il témoigne d’une réflexion personnelle sur la pratique ; réflexion issue d’une expérience approfondie.

Dans le parcours pour devenir Kinésiologue, nous demandons aux étudiants d’avoir reçu 10 séances données par un kinésiologue ou une autre profession de l’accompagnement.

Pour les étudiants qui débutent leur formation en 2018, vous remplirez sur votre relevé de formation les dates des séances avec la signature du professionnel.

Pour les étudiants qui ont débuté un cursus avant 2018, vous regrouperez vos séances sur une feuille A4 sous la forme d’un tableau.

Tout au long de leur formation, les étudiants qui suivent le parcours pour devenir Kinésiologue doivent compléter les grilles d’auto-évaluation des compétences et connaissances pour chaque module de formation. Vous trouverez les 8 GRILLES (Édu-K, TIOC, SR, APP, CdC, AMC, ASE, TFH) sur ce site dans l’onglet “Supports” dans chaque module de formation.

A la fin de chaque module, nous demandons également aux étudiants inscrits dans ce parcours, de compléter 7 BILANS ÉCRITS (Édu-K, TIOC, SR, APP, CdC, AMC, ASE). 

PRÉCISIONS SUR L’ORGANISATION DES BILANS ÉCRITS :
– Dès lors que vous avez terminé un module et que vous serez prêt(e), pour passer le bilan écrit, il vous suffit de nous envoyer un mail, de nous faire la demande, et nous vous l’enverrons par mail.
– Vous vous organisez sur votre temps personnel, pour vous dégager en moyenne 1h15 de temps pour chaque bilan.
– Nous vous invitons à répondre aux questions avec un crayon par exemple de couleur bleu avec vos manuels fermés…
– …et une fois que vous avez répondu à toutes les questions que vous pouvez, de changer de couleur de crayon (par exemple en noir), et de répondre à la suite des questions avec la possibilité d’ouvrir vos manuels et d’aller chercher les informations manquantes.
– Une fois terminé votre bilan, vous nous envoyez un mail et nous vous envoyons les corrections qui vous permettent de voir ce qu’il vous reste à approfondir comme connaissances.
– une fois que vous avez reçu les corrections du bilan, vous pouvez comptabiliser le nombre de questions auxquelles vous avez bien répondu, et cette « note » reste pour vous.

Notez que plus vous avez de connaissances acquises, plus lors de l’examen et de vos séances de kinésiologie, vous serez à l’aise avec les outils que vous utiliserez, et ceci vous permettra d’être encore plus à l’écoute de la personne.

Il y a une juste une exception concernant les auto-corrections de module ASE. En effet, nous vous proposons pour le bilan écrit des connaissances en ASE, que vous répondiez aux questions et que vous envoyez ensuite vos réponses par mail à la formatrice Ghyslaine Lecurieux-Lafayette, qui s’occupera de les corriger. Pourquoi cette exception, car les questions posées lors de ce bilan ASE laissent place à la créativité au niveau des réponses, et de ce fait, il y a plusieurs réponses possibles. Du coup la formatrice, vous enverra son avis concernant vos réponses.  

NB : Par expérience, nous avons constaté qu’une personne qui avait par exemple 14/20 en Anat se disait, “c’est bon j’ai réussi mon examen d’anat”, et cette personne n’allait pas forcément se demander, “où est-ce que sont passés les 6 autres points…” Avec ce système de bilan où vous avez accès à la fois à vos supports de cours et ensuite aux corrections, vous pourrez aller chercher l’information que vous ne savez pas (car livre ouvert), et ensuite en lisant les corrections, vous ferez le lien entre votre réponse et la réponse attendue, vous permettant ainsi d’approfondir vos connaissances. Ce processus d’auto-responsabilité permet une meilleure acquisition des connaissances sur du long terme.

EXAMEN-BILAN DE FIN D’ETUDE

* Pièces à fournir au plus tard, un mois avant la date d’examen/bilan de fin d’étude :
– Mémoire (édité en 4 exemplaires), écrit en recto-verso, en caractère 12, polices lisibles, 30 pages minimum.
– Compte rendu des 50 séances données (édité en 2 exemplaires).
– Document contenant la certification des 10 séances reçues par un ou plusieurs kinésiologues.
– Photocopie du livret de formation sur lequel toutes les formations sont comptabilisées.

* Déroulement

1- Séance pratique (1h15) : séance donnée à une personne extérieure à la formation. Lors de cette séance sont évaluées les qualités et capacités de l’étudiant à recevoir la personne, à l’écouter, à l’aider dans la définition d’un objectif, à tester et à mener une séance en utilisant soit l’une des méthodes apprises de kinésiologie (Édu-K, 3en1, TFH, SR), soit en faisant une séance combinée des différentes kinésiologies.

2- Bilan (45mn) : sur la séance, le mémoire, les études de cas, les années d’étude, les perspectives à venir.

* Jurys : Xavier MEIGNEN, Christophe MEIGNEN, Céline POULAIN, Ghyslaine LECURIEUX-LAFAYETTE

* Délibération : En cas de réussite à cet examen/bilan de fin d’étude, un certificat de l’ECAP de Nantes vous sera délivré. Si toutefois, nous estimons que la séance pratique que vous donnez ne correspond pas aux attentes demandées, nous vous proposerons de vous représenter à la session suivante avec entre temps, un travail personnel fourni (supervision de sa pratique, cours à refaire, etc.). Suite à la validation de votre examen/bilan, vous aurez la possibilité de figurer sur l’annuaire de l’ECAP de Nantes (www.ecapnantes.fr).