EAC – ÉCOUTONS AVEC LE COEUR

ÉCOUTEZ AU-DELA DES MOTS AVEC LA MAÏEUSTHÉSIE”

“Accompagner les personnes à se déployer, à se sentir plus elle-même.

Léa CHILLET
Formatrice en Maïeusthésie
Formatrice Ecoutons Avec le Coeur

Thierry TOURNEBISE
Concepteur de la Maïeusthésie
Vidéo de présentation de la communication en Maïeusthésie

Dates – Prix (12 personnes max. par groupe) : 

* Maïeusthésie Niveau 1 – Écoutons avec le Cœur : 12 au 15 novembre (450 euros)
* Maïeusthésie Niveau 2 – Écoutons avec le Cœur : 29 juin au 02 juillet 2021 (450 euros), 14 au 17 février 2022 (450 euros)
* Maïeusthésie Niveau 3 – Écoutons avec le Cœur : 31 août au 03 septembre 2021 (450 euros), 17 au 20 mai 2022 (450 euros)
* Maïeusthésie Niveau 4 – Écoutons avec le Cœur : 06 au 09 décembre 2021 (450 euros), 09 au 12 juillet 2022 (450 euros)

Son parcours : 

Léa Chillet suit une formation classique en tant que musicienne (pianiste) et orthophoniste. Parallèlement, elle s’investit avec passion dans différentes pratiques artistiques collectives où elle découvre et approfondit l’écoute « à plusieurs » : musique de chambre, batucada, danse africaine, danse folk, arts du cirque et clown-théâtre. Lors de ses études et premières expériences professionnelles, elle est confrontée à la posture de rééducation cherchant à “corriger les dysfonctionnements” de la personne. Tout en respectant cette approche conventionnelle, elle cherche d’autres moyens pour mieux coopérer directement avec le client et ceux qui l’entourent. Elle et son conjoint partagent une vie riche en projets… et tentent d’écouter au mieux les inconforts de chacun. Ils se forment ensemble à la Maïeusthésie auprès de Thierry Tournebise, le fondateur de cette approche. Ils s’approprient progressivement cette posture d’écoute qui touche aussi bien la communication que l’accompagnement psychologique. Cette découverte enrichit la communication au sein de leur couple et de leur famille. Parents de 3 enfants, ils expérimentent une démarche éducative sans école où ils font de plus en plus confiance à l’apprentissage naturel des enfants. Ces expériences invitent Léa à revisiter sa pratique en tant qu’orthophoniste : elle propose des séances d’écoute parents-enfant où chacun peut se dire et être entendu. Depuis septembre 2019, elle choisit de cesser son activité d’orthophoniste pour se consacrer pleinement à l’accompagnement thérapeutique et à la formation en Maïeusthésie.

Présentation :

Ces ateliers permettent :

– d’améliorer la communication, l’écoute, le soutien à un proche, un collègue, un patient (pour les soignants).
– de mieux comprendre le fonctionnement psychique, identifier la source d’une souffrance psychologique et y remédier.
– de mieux se connaître et ainsi mieux vivre les situations de communication difficile 

La posture que propose la Maïeusthésie intègre d’autres approches telles que la psychanalyse (Karl Jung), l’haptonomie (Franz Veldman), la Gestalt thérapie (Fritz Perls), le focusing (Eugène Gendlin), la psychologie existentielle (Carl Rogers, Abraham Maslow), la communication non violente (Marshall Rosenberg). Elle fait partie de la psychologie de la pertinence.

Qu’est-ce que la Maïeusthésie ?

Maïeusthésie désigne l’art d’être sensible à l’accouchement de Soi. L’accompagnement en Maïeusthésie peut se comparer à un accouchement. Une personne vient en consultation avec un symptôme qui peut être comparé à “une contraction” dans le cas d’un accouchement. Le praticien ne va en aucun cas chercher à supprimer ce symptôme. Il va justement voir ce symptôme comme étant là “spécialement pour” aller écouter une justesse chez la personne qu’il accompagne. Il va accompagner la personne à mettre au monde un Être du Soi, en lui, qui attend d’être vu et entendu, grâce à la présence du symptôme. Pour une femme qui vient d’accoucher, on ne va pas dire qu’elle est guérie. La disparition du symptôme n’est donc pas due à une guérison mais à la mise au monde de ce qui attendait d’être entendu par la personne venue en consultation. L’écoute du praticien en Maïeusthésie est délicate, accueillante. Tel un aveugle, il se laisse guider par celui qu’il accompagne, avec tact et réjouissance.

Maïeusthésie (niveau 1) – Écoutons avec le Coeur (1ère et 2ème partie)

◦ Ce stage est accessible à tout public, sans requis préalable.
La motivation peut être personnelle ou professionnelle, laissant ainsi se rencontrer des stagiaires praticiens et non praticiens.
 
◦ Ce stage s’adresse :
– à ceux qui souhaitent améliorer la communication, l’écoute, le soutien à un proche, un collègue, un patient (pour les soignants).
– à ceux qui souhaitent mieux comprendre le fonctionnement psychique, identifier la source d’une souffrance psychologique et y remédier.
– à ceux qui souhaitent mieux se connaître et ainsi mieux vivre les situations de communication difficile

◦ Au programme :

– des apports théoriques expliquant les fondements de la communication et de la psychologie
– des expérimentations dans le but d’accompagner quelqu’un en validant ses fondements cognitifs et son existence. L’utilisation d’outils pédagogiques simples va permettre de goûter à des nuances nécessaires pour les mises en œuvre, à savoir une attention à son interlocuteur, les différentes validations, le guidage non-directif.
– des mises en œuvre où les stagiaires proposent des situations concrètes qui les intéressent. L’idée est pour chacun, d’accéder à une nouvelle qualité d’écoute en osant mettre son attention sur le ressenti de son interlocuteur. Cette posture permet ainsi d’accéder à la source d’une difficulté évoquée sans tenter de la changer, simplement en y remédiant grâce à un accueil inconditionnel et à une validation existentielle du sujet.
Un stagiaire peut proposer une situation déjà rencontrée dans sa vie personnelle ou professionnelle et pour laquelle il souhaite acquérir une compétence (il peut être impliqué ou non dans cette situation). Cette situation va être mise en œuvre par les stagiaires. L’un d’entre eux va “être” (et non jouer car il ne s’agit pas ici de théâtre) celui qui vit cette situation difficile, et un autre va l’accompagner avec le plus de “tact” possible, mettant en œuvre les notions évoquées jusque-là dans la session.
Il se peut qu’un stagiaire présente une situation actuelle réelle qui le préoccupe et qu’un autre l’accompagne.

◦ Acquisition en fin de stage :

– des connaissances théoriques concernant la communication et la psychologie
– une vision différente de soi-même et de nos interlocuteurs avec plus d’acuité sur la source de nos difficultés
– des vécus nouveaux dans un échange communicationnel, que ça soit d’être à l’écoute ou d’être écouté.

Maïeusthésie (niveau 2) – Écoutons avec le Coeur

Mises en œuvre concrètes et didactiques.

Ce niveau vient mettre en œuvre les notions abordées lors du niveau I et les enrichir au travers de mises en œuvre concrètes suivies de débriefing.
Pour suivre ce niveau, il est donc nécessaire d’avoir suivi le niveau I.

Au programme :
Après un tour de table qui permet d’affiner les notions expliquées et expérimentées au niveau I, la formation se déroule en 2 phases.

– Un 1er temps : le formateur accompagne un stagiaire qui le souhaite.
Cet accompagnement se fait devant le groupe afin que les participants observent en direct le déroulement et le rythme d’un entretien, les méandres de la psyché, ses justesses, la posture du praticien, les verbalisations qu’il utilise. Il peut ainsi se dérouler 2 ou 3 entretiens pendant ces deux premiers jours, chacun suivi d’un débriefing didactique.

– Un 2ème temps : les participants réalisent des entretiens en binôme, où l’un est praticien, l’autre patient.
Le formateur supervise les entretiens, souligne les points clés et boucle les situations inachevées si besoin. Personne n’est laissé avec un inconfort latent (ce que permet l’approche enseignée ici). Chaque demi-journée comporte au moins un atelier d’accompagnement en binôme suivi d’un débriefing en groupe pour nommer ce qui a été expérimenté et découvert.

Le débriefing a un but didactique uniquement. Le « patient-stagiaire » peut choisir de ne pas révéler les éléments de son histoire, si tel est son souhait.

Chaque participant va donc pouvoir être praticien et patient plusieurs fois durant ces 2 jours. Les deux pôles sont riches d’enseignement. Tout ce que ressent le patient lors d’un entretien va éclairer l’accompagnant sur les subtilités qui font que l’échange est fluide ou non, sur le fait que le patient accède (ou non) à ce qui appelle sa conscience à travers l’expression du symptôme.

Remarques : La qualité de l’attention du praticien, la compétence verbale à poser les questions justes et à reformuler ce qui vient d’être dit, la conscience des justesses chez le patient, et surtout la posture du praticien (qui pose son attention sur l’humain qu’il accompagne et se réjouit de le rencontrer) font qu’un entretien se déroule de façon fluide ou non.

Néanmoins, l’aisance verbale vient après cette session. L’accent étant mis d’abord sur l’expérimentation de la posture.
La difficulté à trouver les mots justes peut venir du fait :
– que les formulations sont inhabituelles (venant parfois heurter nos logiques antérieures),
– que nous n’avons pas l’habitude de nommer des phénomènes, des expériences quasiment indicibles.
Dans un accompagnement, l’accent est mis sur le respect, la considération, la confiance, la confidentialité.

Acquisition en fin de stage :
– plus d’assurance, plus de conscience de ses ressources d’être communicant
– plus d’acuité sur les séquences thérapeutiques auxquelles on assiste
– plus grande capacité d’accompagnement

Maïeusthésie (niveau 3) – Écoutons avec le Coeur

Justesse du positionnement, posture, attention, intention.

Objectifs :
Cette session a pour but d’affiner la qualité du positionnement avant toute situation de communication (assertivité), d’accompagnent ou de thérapie.
1- Où se pose l’attention ?
2- Quel est le projet ?
3- Quels sont les outils utilisés ?
4- Capacité à s’orienter plus vite dans la bonne direction lors d’un accompagnement psychologique.

Prérequis :
Avoir suivi les niveaux I et II.
Cette session se déroule en une phase.
Chaque demi-journée (sauf la dernière après midi) un entretien différent est réalisé avec un nouveau patient (séquence thérapeutique plus débriefing).

Déroulement :
Après le tour de table pédagogique et l’actualisation par rapport à de nouvelles données ou publications, cette session consiste en une succession de situations se déroulant d’une nouvelle façon par rapport aux sessions précédentes (niveau I et II).

Sur les 4 journées : chaque demi-journée, un des participants propose sa propre préoccupation à partir de ses manifestations ou symptômes. Il offre au groupe de l’accompagner en suivant, à partir de ce point de départ, le guidage non directif conduisant au fondement qui, en lui, appelle sa conscience en vue d’une reconnaissance ou réhabilitation.

Nous avons donc un patient d’un côté et de l’autre, un groupe constitué de praticiens. Le patient énonce ce qui l’interroge, comme il le ferait en consultation face à un thérapeute. Puis, chaque stagiaire énonce comment il se positionne face à ce qu’il vient d’entendre : où va son attention, quelle est son intention, son projet, son élan (il s’agit de réhabilitation et non de résolution de problème), dans quel but. Il s’agit ici d’un travail sur le positionnement du praticien.

Les phrases proposées au patient pour l’accompagner en guidage non directif ne doivent venir qu’après avoir exprimé le positionnement (le positionnement doit précéder cette phase de verbalisation). Nous constatons même que meilleur est le positionnement, plus la phrase, la « question juste » vient facilement à l’esprit du thérapeute.

Les stagiaires praticiens notent leur positionnement et leur projet avant d’en parler pour ne pas être influencés par les autres. Puis un travail d’ajustement de ce positionnement est effectué avec le formateur.

Pendant ce temps le stagiaire patient se met en « pause » ou « stand by ». Tous ces énoncés lui montrent comment sa propre psyché réagit en fonction des attitudes de chacun et d’« où ils portent leur attention ».

L’expression des stagiaires thérapeutes se fait par demi « tour de table » afin de ne pas faire trop durer l’attente et de garder une dynamique suffisante.

Ce travail se réalise sur trois, quatre, ou cinq séquences au plus, d’un entretien thérapeutique, puis le formateur (thérapeute) aboutit l’accompagnement. Cela permet aussi aux participants de voir le déroulement complet d’une consultation, depuis le symptôme jusqu’à l’aboutissement.

Chaque situation clinique réalisée est suivie d’un débriefing didactique.

Remarques :
Toutes les situations personnelles évoquées et travaillées respecteront les souhaits et les limites de chacun. Les cheminements d’accompagnement, de guidage non directif et de réhabilitation sont supervisés par le formateur, psychopraticien.
Les notions de confidentialité et de respect restent au cœur de l’approche.

Acquisition en fin de stage :
– Une meilleure conscience des enjeux liés au positionnement du praticien (rôle du non verbal, et même au-delà).
– Une meilleure connaissance des attitudes, postures, zones d’attention.
– Une clarification du projet de l’entretien et des enjeux de la psyché, ainsi que de la verbalisation qui en résulte.
– Une meilleure réalité face à de multiples parcours complets, depuis l’énoncé initial du patient jusqu’à l’aboutissement.

Maïeusthésie (niveau 4) – Écoutons avec le Coeur

Déploiement de la souplesse.

Cette session s’adresse aux participants ayant déjà suivi les 3 premiers niveaux.

◦ Objectifs :
– Accomplir des mises en œuvre entre stagiaires disposant déjà de fondements signifiants afin de déployer plus de souplesse.
– Acquérir une découverte plus profonde des enjeux thérapeutiques.
– Mieux recevoir le sujet accompagné comme guide pour l’accompagner
– Utile aussi dans la préparation à la certification

◦ Déroulement :
Après le tour de table pédagogique et les quelques apports de nouveautés depuis la dernière session réalisée, la formation se déroule en deux temps :

– 1er temps (sur une journée) : le formateur accompagne une personne du groupe qui le souhaite.

Cet accompagnement est réalisé face au groupe afin que chacun puisse percevoir « en direct », les méandres de la psyché, ses justesses,  la posture, les verbalisations, le rythme d’un accompagnement en psychothérapie. Chaque entretien est suivi d’un débriefing didactique pour les participants. Ces entretiens et débriefings sont enregistrés si les « accompagnés » le veulent bien. Ces enregistrements peuvent alors être remis aux stagiaires en fin de session, comme « outils de travail ».

Autre possibilité d’accompagnement : un stagiaire accompagne un autre stagiaire face au groupe, supervisé par le formateur.

Contrairement au niveau IV pro où le formateur n’intervient pas et travaille une analyse de la pratique après l’entretien, le formateur peut ici intervenir au cours de l’entretien pour apporter les précisions nécessaires.

– 2ème temps : des entretiens en binômes individuels sont réalisés où l’un est praticien et l’autre patient (traitant exclusivement d’une situation réelle).

Le formateur supervise les entretiens, y souligne les éléments fondamentaux, puis boucle les situations inachevées. Aucun participant n’est laissé avec un inconfort latent (ce que permet parfaitement l’approche ici enseignée). 

Dans le niveau IV étudiant, contrairement au niveau II qui est une phase “débutant” cela se réalise entre participants ayant déjà un niveau signifiant.

Chaque demi-journée comporte au moins une action en atelier individuel (parfois deux), puis un débriefing est réalisé en groupe sur ce qui a été expérimenté et découvert dans chaque atelier. Le contenu du débriefing concerne les éléments didactiques, mais l’histoire révélée en ateliers individuels peut ne pas être partagée en groupe si tel est le souhait des personnes concernées.

La notion de respect et de confidentialité est au cœur de cette approche.

Au cours de ce 2ème temps, tout le monde passe ainsi plusieurs fois en tant que praticien ou en tant que patient. Les deux pôles sont riches d’enseignements, car tout ce qui est ressenti en tant que patient éclaire le futur praticien sur les subtilités qui font que l’échange se passe bien ou non, sur le fait que le patient accède ou non à ce qui appelle sa conscience au plus profond de lui à travers ses symptômes et manifestations.

La qualité de l’attention, la capacité verbale à énoncer de bonnes questions ou reformulations, la conscience des justesses qui sont chez le patient, et surtout les attitudes et paroles du praticien, font que la situation se déroule de façon fluide ou non.

L’aisance verbale, travaillée au niveau III, se place.

La qualité du regard sur autrui (et sur soi-même) se précise, la capacité à commencer un entretien de façon juste également. Les notions de postures et d’attitudes prennent forme.

L’accent est toujours mis sur le respect, la considération, la confiance, la confidentialité.

◦ Acquisition en fin de stage :

– Plus d’assurance et de professionnalisme.
– Bonne préparation à une éventuelle certification.
– Meilleure mobilisation de ses propres ressources.
– Acuité accrue quant aux séquences de thérapie auxquelles on assiste.
– Plus grande capacité d’accompagnement.

Maïeusthésie (niveau 4) – Écoutons avec le Coeur (professionnel)

◦ Prérequis :
Cette session s’adresse aux participants ayant déjà suivi les modules 1, 2, 3 et 4 étudiant.
Elle est spécifiquement destinée aux professionnels qui reçoivent des patients en consultation.
Le déroulement est différent des autres sessions. L’idée est que chacun puisse passer en tant que praticien ou en tant que patient.

◦ Objectifs :
– Précisions de sa propre approche lors des entretiens d’accompagnement psychologiques ou de psychothérapie.
– Une meilleure connaissance de sa propre pratique.
– Une découverte de ce qui peut la perfectionner.
– Une multiplicité des exemples, grâce au travail de plusieurs stagiaires praticiens.
– Un travail sur l’autonomie en tant que praticien.

◦ Déroulement :

Cette session se déroule en 1 phase. C’est avant tout une analyse de la pratique.

Chaque demi-journée, une séquence thérapeutique est réalisée par un « stagiaire praticien » qui accompagne « stagiaire patient ». La séquence se déroule devant le groupe et le formateur. Celui-ci n’intervient pas : il note ce qui se passe, ce qui se dit.

À la fin de l’entretien, la consultation est revisitée par le formateur (les autres stagiaires pouvant aussi intervenir) à partir de ses notes. Il s’agit donc d’une analyse de la pratique qui va permettre au praticien stagiaire de préciser sa posture, de mettre l’attention sur des subtilités sur le choix des mots, l’utilisation de tel ou tel non verbal… Ces retours affineront la théorie présentée jusque-ici.

Cette session est d’une grande richesse pour un groupe de professionnels en quête de précisions et de déploiement de compétences.

L’accent est toujours mis sur le respect, la considération, la confiance, la confidentialité.

◦ Acquisition en fin de stage :

– Une vision plus précise de sa pratique étudiée sur le terrain.
– Des ajustements précis de posture, d’orientation de l’attention.
– Des astuces et outils nouveaux face à des situations délicates.

Consultez la Charte de pratique des praticiens certifiés en Maïeusthésie sur cette page : http://leachillet.blogspot.com/p/les-formations.html